dimanche 31 mars 2013

Me voila socialiste autoritaire !

Quand je pense qu'il y a des lascars qui veulent me classer comme libéral de droite...

C'est le résultat de ce test, fourni par Sarkifrance, qui se retrouve social-démocrate. 

Dans le détail, il est plus nationaliste que moi, plus laïque, beaucoup moins réac, plus anar, plus communiste, plus pacifiste et plus écolo. 

On est bien...

L'intolérance et les leftblogs

Remercions le camarade Gauche de Combat qui livre un assez bon portrait de la diversité que représente le groupe des Leftblogs avec une palette de blogs venus de tous les coins de ce qui fait la gauche en France.

Je ne sais plus qui disait que ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous différencie.

Gauche de Combat ne l'a pas compris. C'est amusant. Il ne cherche qu'à diviser. En fin de billet, il lance même un appel pour que certains quittent le groupe.

Je vais rappeler ce que sont les leftblogs : un groupe de discussion Google où nous échangeons des informations intéressant des blogueurs de gauche. C'est aussi un flux RSS qui reprend les flux de tous les membres du groupe et qui est balancé sur un compte Twitter et une page Facebook.

Les leftblogs n'ont pas d'orientation politique au sein de la gauche, pas de positionnement, pas de porte-parole.

Les leftblogs ont été créées début 2008 par Politeeks qui m'a confié la gestion du groupe Google au bout de quelques mois et je l'ai partagée avec Trublyonne et Annnie Day. Mi 2011, avec Dadavidov, j'ai relancé la diffusion du flux RSS.

La liste officielle des leftblogs est en principe dans le "à propos" de la page Facebook. De mémoire, elle est gérée par Dedalus mais je n'en suis pas sûr.

Le processus d'adhésion est simple. Il faut qu'un membre du groupe parraine le candidat. La candidature est lancée dans le groupe où chacun a 24 heures pour se prononcer. Il n'y a pas de critère précis. S'il y a plus de oui que de non, le nouveau blogueur est accepté.

Certains quittent parfois le groupe. Une seule personne a été virée suite à une erreur de manipulation de ma part. Elle n'a jamais répondu aux demandes de réadhésion que je lui ai envoyées.

Il y a actuellement une confusion qui est faite dans les réseaux sociaux entre les leftblogs et ceux qui sont appelés "blogueurs de gouvernement". C'est mal.

Aucun de mes billets, en particulier, n'engage le groupe, y compris celui-ci.

samedi 30 mars 2013

Vive les blogowars !

Dans un billet du blog politique, cette après-midi, je répondais à un blogueur "plus à gauche que moi tu meurs" qui a sorti un long billet pour démontrer que les leftblogs (qu'il confond avec les blogueurs proches du gouvernement) étaient des cons (je résume). L'ami Romain B me demande en commentaire pourquoi je me fatigue à lui répondre.

Je vais donc répondre à Romain en 4 points (les trois premiers sont rapides).
1. Parce que j'aime ça.
2. Par sympathie pour les blogueurs de Gouvernement.
3. Parce que je n'avais aucune autre idée de billet.

Le quatrième...

Nous avons d'un côté les blogueurs réactionnaires qui se sentent pousser des ailes et préparent leur printemps français par analogie aux printemps arabes. Je n'en dirai pas plus : GdeC et El Camino le font très bien.

Nous avons de l'autre côté des braves gens de la gauche mais attention la vraie hein qui nous font des procès en fausse gauche, voire qui auraient tendance à vouloir nous museler. Ça me fatigue.

Au milieu de ça, j'aimerais bien tenir un débat relativement démocratique (si tant est qu'un débat puisse être démocratique) entre gens tolérants qui respectent les opinions des autres, gens tolérants, de droite, de gauche, des extrêmes, qui se font traiter d'intolérants... Tout cela est bien compliqué.

Il y a dix huit mois, il y a eu des primaires à gauche. François Hollande que certains d'entre nous soutenaient, dont moi, a gagné. Il y a dix ou onze mois, il y a eu une élection Présidentielle. François Hollande est arrivé en tête aux deux tours et a gagné l'élection. Le jeu de la démocratie en France (certes améliorable) fait que nous sommes considérés comme majoritaires...

Même si la popularité de Pépère (et donc celle de notre "courant") ressemble à Christine Boutin un jour de manif., il a une légitimité démocratique incontestable.

Il me parait intéressant de rappeler cette légitimité de temps en temps.

Il me parait aussi intéressant de rappeler aux gens qui nous insultent sans même s'en rendre compte qu'ils le font. Le type se plaint dans Twitter que je le traite de ventilateur à merde. Ça ne le dérange pourtant pas de consacrer 3 ou 4000 caractères pour démontrer que nous n'avons rien dans le crâne.

De même que ces braves gens qui me critiquent pour une insulte oublient la gravité de l'injure que nous avons reçu dans la tronche. A savoir que nous serions payés par le Gouvernement. Nous sommes donc des "escrocs intellectuels". Voilà ce que permettent les 140 caractères de Twitter.

Si on ne répond pas à ces andouilles, bientôt, on osera plus rien dire.

C'est grave.

Et en plus, il n'y a personne au bistro, ce soir.

La suite des excuses

Dans les commentaires du billet de blog dont je parle dans le blog politique, j'ai trouvé une réponse de Melody_N à qui j'avais présenté des excuses pour l'avoir insultée dans Tweeter. Je ne sais pas où elle l'a diffusée auparavant. Je la copie ici intégralement mais j'y intercale quelques commentaires.

« J’ai lu vos « excuses », qui, permettez, vu les justifications, n’en sont pas. » Ben si, ce sont des excuses. 

« Et non je ne dirai pas « merci ». » Je ne sais pas s'il faut dire merci pour des excuses. L'usage veut qu'on les accepte ou qu'on les refuse.

« Pour plusieurs raisons. Celles d’abord que comme crepegeorgette l’a très justement expliqué, les termes sexistes demeurent des choses banales que l’ont s’attendraient à vous voir combattre, vous les « humanistes » de gauche ». Là, je ne suis pas d'accord du tout. Mon insulte n'est pas sexiste, bien au contraire. Je vous traite à l'égal de tous les gens que j'insulte. Je traite les mecs de connards, les femmes de connasses. Vous ne croyez pas ce que ça commence à bien faire ces procès en sexisme, surtout quand vous exiger un traitement différent ?

« Ensuite, parce que ces « excuses » n’arrivent, comme par hasard, quand que ça commence à faire chambard sur twitter et met en difficulté plusieurs de vos comparses. Un peu facile de pleurnicher après. Vous en conviendrez. » Je le dis dans mon billet que les excuses viennent parce que l'histoire fait du bruit. Ne me faites pas un autre procès. Mes comparses, en difficulté ? Parce que CSP leur dit, en gros : si tu n'unfollowes pas ce gros con, je t'unfollowe. Figurez-vous que certains l'ont fait dont deux copains (dont un bon).

Franchement, à la réflexion, me juger ainsi et agir comme cela, me prouve qu'ils ne sont pas franchement de gauche.

« Le fait est que, PERSONNE n’a réagit, sauf rares que je remercie d’ailleurs… » De mémoire, ils ont réagi le lendemain. Qu'est-ce qu'ils foutaient dans mes tweets de la veille ? Justement au moment où Sarkofrance avait fermé ses blogs... Ne se disaient-ils pas on en a eu un, on va avoir les autres, surtout le gros.

« Socialisme critique,Vogel et Olivier. D’autre plus lâches, par texto, sans doute aurait-ce été une tache à leur avatar d’ascète si savamment construite, mais qui n’en pensent pas moins. » Là, ce n'est plus mon problème.

« Vos excuses sont presque aussi blessantes que ce propos publié sur un blog (Jegung) suivi par un sérieux nombre de personnes que je n’arrive toujours pas à expliquer vu la teneur des propos débiloïdes tenus par cet individu. » Là, je n'arrive pas à suivre propos. Vous parlez de moi, je suppose. Auparavant vous parliez à la deuxième personne. Je n'ai pas publié mes excuses sur mon blog principal, www.jegoun.net mais sur la présente annexe www.macomete.com.
 
« Pire ! les propos racistes qui y passent sans que personne n’y trouve à redire. » Après un procès en sexisme, voilà un procès en racisme. Vous n'êtes pas fatigués de faire des procès pour tout ? Je ne vais pas recommencer à présenter des explications puisque ça me fait ressembler à Nadine Morano. «  mais comme dit CSP : « bon.. mec sympa toussa.. » Et là, ce n’est plus de la complaisance, même plus de l’ignorance, c’est, et j’assume mon propos : de la collaboration (celle qui regarde ailleurs). » Vous vous rendez compte de ce que vous dites... Ce n'est plus mon procès mais celui de mes potes.

« Et le coup de « je ne suis pas toujours d’accord avec ce que dit ma TL, mais la fermer pour autant.. alors celle là, venant d’une femme en prime.. ) BREF. On s’est compris je pense. » Non. On ne s'est pas compris. Votre phrase n'est pas compréhensible.
 
« Ce que je dis là vous semble exagéré ? vous riez sans doute. » Non ! Je ne rigole pas du tout. Pour un tweet malencontreux, je me prends des procès avec des effets boule de neige. « Cette histoire a assez duré. Sauf que ma modeste position de gauchiste m’impose, comme vous le faites fort bien sur vos blogs d’ailleurs, NOUS impose un combat, celui de tous les jours et de tous les instants. » Ma position de gauchiste me pousse à des combats, dont celui pour la justice, qui nécessite d'écouter « la défense ». « Celui de ne RIEN laisser passer de la vindicte de droite qui s’insinue dans la pensée commune. » Quelle pensée de droite ?
 
« Quand vous apercevez une personne se faire agresser en rue sans réagir, allez-vous vous excuser ensuite de n’avoir rien fait ? Caricature sans doute.. » Oui. « Mais tant qu’à faire, dans le cas réel, ça donnerait quoi ? » Justement ! Parlons du réel. Parce que ce sont bien des types anonymes derrière des claviers qui me font ce procès. C'est un peu facile.

« Quant à moi, je ne suis ni militante, ni féministe, ni pas grand chose d’ailleurs. Juste une personne qui donne un avis parfois un peu tranchant sur ma pensée politique (que je travaille en étudiant la chose). » Pareil !
 
« Je respecte bien souvent la votre, parfois pas du tout, et je me permets de le dire. » Vous avez raison. 

« C’est bien là le but de l’exposer il me semble. Enfin, le but d’un blog j’imagine.. » Oui.

« Alors oui, j’attends le couplet, victime, femme, blabla, celui de la droite que ceux de « gauche » n’osent dire tout haut… Et pourtant, quelques expériences significatives où rien ne tendait à ce genre d’actes me furent infligées ces derniers temps. (actes politiques, amicaux, amoureux.. bref) réveillant en moi ce féminisme que même moi je croyais dépassé. » Je n'ai fait qu'émettre un tweet. Je ne sais pas si vous vous rendez compte des circonstances. Vous accusiez mon ami Sarkofrance de faire des billets en étant payé par l'Elysée. Ca veux dire que vous le traitez de malhonnête, de corrompu, …
 
« J’en profite, par ce biais de vous inciter à mieux suivre ce que dit le bas peuple au lieu de vous suivre en petite bande de copains et vous RT (raison pour laquelle je ne vous suis pas, puisque vos meilleurs billets le sont par ce même bas peuple) Je croyais que twitter était un espace d’informations, et je m’y trouve bien souvent. » C'est maintenant que j'ai envie de rigoler. Ca rejoint ce que je dis souvent dans mon blog politique (encore aujourd'hui, presque) : vous croyez réellement que le bas peuple est dans Twitter à suivre des comptes de blogueurs politiques. Il ne comprend strictement rien à nos histoires mais vous pensez le représenter.

Je vais néanmoins vous donner une information : Twitter apporte 4,07% des visites de mon blog (pour les 30 derniers jours).

« Mais y voir cet habitus y régner en maitre me force à une résistance de ne pas y céder non plus (nombre de followers etc. pour se faire respecter et surtout ne pas heurter les meilleurs d’entre eux, même s’ils débitent d’énormes conneries) » Je me fous du nombre de followers, moi. J'en ai 4500 ou un peu moins alors que je suis dans twitter depuis bientôt 6 ans. Cela fait 1,8 nouveaux followers par jour, autant dire rien. Je me fous de heurter des followers. J'ai du respect pour ceux qui me suivent parce qu'ils aiment bien ce que je peux raconter, je me fous des autres. Mais parmi ces followers, il y a des copains de la vraie vie.

« Voilà ma modeste réponse à « vos excuses » que je vous fais parvenir par ici, suite à mon long silence à vos exploits rendus publics et qui vous feraient presque passer pour des anges irréprochables… » Mes exploits rendus publics. Par qui ? Des anges irréprochables ? C'est moi qui ai accusé un blogueur d'être payé par l'Elysée ?

« J’imagine que suite à tout ceci, nous allons être amenés à nous recroiser par la verve. » Je ne sais pas. 

« J’espère qu’elle aura plus belle allure que celle pliée au zinc du désespoir.
Cordialement.
Melody !»

Je vais vous raconter une histoire récente. C'était hier. J'en ai fait un billet de blog, mais je n'ai pas tout raconté. Dans ce billet, je raconte toutes les anecdotes qui me sont arrivées lors d'un voyage entre chez moi (banlieue parisienne) et chez ma mère (Centre Bretagne) en transports en commun.

On faisait la queue pour prendre un car à la gare de Saint Brieuc. Il y avait un peu de neige et beaucoup de vent. Nous étions alignés le long du car pour essayer de nous protéger. J'étais juste derrière un noir qui venait probablement de prendre une douche après avoir fait du sport et j'étais incommodé par l'odeur d'eau de Cologne qui émanait de lui. Je voulais donc raconter cette anecdote sans intérêt, comme toutes celles de mon billet, c'est ce qui fait son charme.

Dans le bus, j'ai sorti mon iPad et j'ai raconté cette phase d'attente dans le froid et au moment d'écrire cette anecdote du type qui pue la cocotte, je me suis rendu compte que j'allais écrire « un noir » alors que le fait qu'il le soit n'a aucun intérêt, le seul truc qui était rigolo était qu'à cause du froid, j'étais incommodé par l'odeur d'eau de Cologne d'un type. Du coup, perdu dans mes pensées (le coup du tweet raciste, justement), je n'ai rien raconté.

Si vous faites un procès à chaque type qui dit « un noir » alors que « un type » suffisait, il va probablement faire un procès à la terre entière, y compris, probablement, à vous. Vous dites : « Celui de ne RIEN laisser passer de la vindicte de droite qui s’insinue dans la pensée commune. » Je me fais tomber dessus parce que j'ai insulté une femme comme si c'était un homme.

Moi aussi, la vindicte de droite me fatigue. Les procès avec exécution sommaire, aussi, de même que la gauche sans justice, cette surveillance de la pensée...

Mes excuses étaient sincères. Je les maintiens.

Suite à cette histoire, j'ai été unfollowé par trois personnes que "j'identifie" (je ne connais pas tous mes followers), un type sympa avec qui ont papotais parfois, une blogueuse à qui j'ai rendu des services puisqu'elle nous demandait souvent de RT ses billets et un copain de la vraie vie, presque un ami, que j'avais croisé dans les blogs de gauche vers 2007 ou 2008. Si vous avez été blessée par mon insulte, ce n'est pas raisonnable. Vous auriez du vous dire : "c'est qui ce gros con, pour qui il se prend, c'est vraiment une enflure." et passer à autre chose. J'aurais pu être blessé par les gens qui m'ont unfollowé pour si peu alors que je les connais depuis des années mais qui savent très bien que je tweete des conneries quand je suis au comptoir. Je n'ai pas été blessé, je n'ai pas compris.

Je ne comprends toujours pas. Des types qui se prétendent de gauche qui exécutent un copain sans sommation. Vous traitez mes copains de collabos. Vous avez peut-être raison. Mais vous vous trompez de sens.

Ne faites pas de procès en "vraie gauche" ou sur des "valeurs morales".

L'avatar "égalité pour tous"

C'est ici que ça se passe.

vendredi 29 mars 2013

Tweeter ou zapper

Il semble qu'Attali soit invité à la télé ce soir et dise des bêtises. Du coup Twitter s'enflamme. J'ai tweeté un truc du genre : "les Twittos qui ne sont pas contents de ce qui se dit à la télé peuvent aussi zapper".

Ce tweet a généré quelques réactions. Des gens d'accord. D'autres pas d'accord, du genre : "chacun fait ce qu'il veut". On est... d'accord. Quand une émission m'emmerde de zappe. Je ne critique pas le fait qu'ils tweetent mais qu'ils regardent des conneries à la télé et s'en plaignent. Je trouve ça grotesque.

Cela étant, quand il s'agit de blogueurs qui passent leur temps à critiquer les médias dominants et les éditocrates, je les invite à se demander si le grand public regarde des émissions politiques à 23h.

Voire si ses émissions politiques tardives ne sont pas uniquement destinées à faire parler les andouilles dans Twitter.

Voire s'ils n'en ont pas marre de parler au nom du peuple en se nourrissant d'âneries télévisées pendant que le peuple dort (ou est au bistro pour ceux qui ont encore un peu d'oseille).

90% des électeurs ne connaissent pas Taddei. Et je suis gentil.

Ça commence à bien faire toutes ces infographies pour casser Sarkozy

(Encore un truc qui tourne dans Facebook)

Ivre, François Hollande demande un prêt à Cétélem pour sauver la France

(Ce truc tourne dans Facebook et m'amuse)

Quand Le Figaro s'adresse aux blogueurs de droite

Les informations sont mauvaises ce soir: le déficit et la dette sont pires que prévus. Cette illustration du Figaro est exemplaire : malgré la photo de Pépère, on voit clairement qui a fait grimper la dette. 

Original de faire commencer "la courbe" en 2012...

Notre dette a eu des hauts et des bas sur le long terme mais globalement, elle est passée de "0" à 60% du PIB de 1974 à 2002 ou 2007 peu importe. Elle a pris 30 points dans la vue pendant le septennat de Nicolas Sarkozy.

Pourquoi ce billet, me direz-vous ? Je suis simplement fatigués de ces blogueurs ou commentateurs Sarkozystes à la mémoire courte...

#kdb

A peine le temps de commander ma première bière, voilà Melclalex qui se pointe, bientôt rejoint par Tonnégrande. Sont arrivés ensuite Politeeks, Styven, Gildan et Médiavox.

20h15 : les smartphones sont sortis. On regarde François Hollande tout en racontant des conneries, en passant à table, en consultant la carte, en commandant, en recevant les plats, en mangeant.

La côte de veau est superbe.

Mediavox est parti avant le repas. Melclalex juste après. On papote un peu. La maison ferme.

Je ne sais plus ce qu'a dit Hollande...

Merci à tous et aux prochains : le 8 ou le 9 et le 14 ou le 15.

mercredi 27 mars 2013

La grande forme des trolls réacs ou des manifestants nazis ?

Bon ! J'ai été trollé dans le blog politique par une espèce de réac abruti. "J'ai mis votre billets dans mes archives en vue de le commenter dans une brochure. Pour résumer : ça fait une éternité qu'on attend ce moment, celui de faire notre Mai 68. Oui, ça va vous pêter à la gueule, et enfin, je vais pouvoir assister à ce que j'attends depuis 30 ans : que vous vous preniez 1793 et 1944... Pour une fois, vous allez voir ce que ça fait".

Mon dernier billet ici est trollé par les vieilles gloires de la réacosphère. Ceux-là, je ne sais pas d'où ils viennent ! Une liste de diffusion, je suppose.

On dirait les gauchistes du temps où ils s'imaginaient faire la révolution avec leurs blogs.

On peut se demander si la révolution viendra de droite ou de gauche. Tout le monde pense être majoritaire.

A droite de la droite, on leur sent pousser les ailes. A gauche de la gauche je ne sais pas trop quoi penser. Jean-Luc Melenchon est obligé d'être outrancier pour se faire entendre mais de l'autre côté, il fait bien reconnaître qu'il s'en est pris plein la gueule ce week-end. Ce qui n'excuse pas le fait de tolérer qu'on puisse traiter un ministre de salopard.

La situation semble explosive mais je me demande à quel point le sentiment est amplifié par les réseaux sociaux.


Il veut me dire quoi l'autre avec le "qu'on se prenne 1944" ?

Tiens ! Vous avez vu cette vidéo où les connards de la manif de dimanche faisaient le salut nazi en chantant la Marseillaise devant les CRS ?

Vous êtes fiers les petites graines de réac d'avoir participé à cette mascarade. Vous voulez absolument qu'on admette que vous étiez des millions ? Vous cautionnez ?

Jean-François Copé veut toujours dénoncer le gazage des enfants. Moi je vais dénoncer des parents qui mettent leurs gosses en première ligne à côté d'une bande de nazillons débiles.

Continuez à manifester...

C'était quoi 1944 ?

Débordements prémédités ?

Manuel Valls a déclaré que les débordements lors de la « manif pour tous » étaient prémédités. Je le pense aussi de même que El Camino qui croit que c'est organisé par l'UMP. Pour ma part, j'aurais tendance à croire à une théorie du complot un peu plus compliquée, pour une fois, mais je n'arrive pas à me déterminer pour un "coupable" !

Je trouve que tout cela est un véritable cirque. L'UMP comme la hiérarchie catholique semblent s'être cachés derrière Frigide Bardot qui a bien fait le job. J'ignore le nombre de participants mais on est obligés de reconnaître qu'il y avait du monde.

Je ne sais pas ce qui s'est passé dimanche. J'ai lu la presse. J'ai lu des blogs des participants. Et je sais qu'il y a une forte communication sur le thème : le gouvernement a gazé des enfants et des familles. Jean-François Copé le martèle. Il a écrit aux militants et interpellé le gouvernement.

Je suppose que le gouvernement n'a donné aucun ordre. Des officiers de police ont fait ce qu'ils avaient à faire. Ils ne pouvaient pas faire autrement pour des raisons de sécurité évidentes. Les organisateurs de la préméditation le savaient et ont probablement poussé les gens avec des enfants à dépasser les bornes sachant que les enfants ne risquaient pas grand chose.

Ayant beaucoup lu les blogs en début de semaine, je peux confirmer, à mon niveau, ce qu'a dit Manuel Valls. En l'occurrence, des blogueurs proches de milieux réactionnaires ont raconté qu'ils étaient "sur les lieux". Ils semblent bien y avoir été encouragés.

Enfin, on sait que Jean-François Copé incite ses troupes depuis quelques temps à casser Manuel Valls.

La stratégie de l'UMP me semble étrange.

D'une part, s'attaquer à quelqu'un de populaire n'est jamais très bon. Les gens ont "besoin" de se raccrocher au Gouvernement et il y a une personne qu'ils aiment bien. On ne touche pas à une icône.

D'autre part, toute une partie de l'électorat de l'UMP est fortement attaché au respect de l'ordre et aux forces en charge de le faire respecter. C'est un truc qu'on oublie souvent à gauche. Tiens ! Les gens approuvent en majorité les expulsions à Notre Dame des Landes. Ils aiment bien que l'état fasse preuve d'autorité. En outre, les gens qui font prendre des risques à leurs gosses au prétexte de défendre la famille risquent fort de ne pas monter bien haut dans l'estime générale.

Aussi, la communication de l'UMP semble délirante. On croit rêver : un parti de droite qui critique un gouvernement qui fait preuve d'autorité ! Les dommages risquent d'être terribles.

Pendant ce temps Marine Le Pen et François Fillon ne disent rien. Pendant un temps, je me demandais si Jean-François Copé ne faisait pas ça pour des raisons de communication interne à l'UMP mais je suppose que les militants vont commencer à se lasser : ils attendent aussi l'UMP sur le terrain de l'économie.

Enfin, les policiers vont se sentir lâchés par la droite et soutenus par un ministre de l'intérieur de gauche... et une ministre de la justice de gauche.

Les grands gagnants apparaissent comme étant Marine Le Pen et François Fillon. D'ailleurs les sondages l'ont montré, une grande partie des électeurs du Front National n'a rien à foutre du mariage pour tous.

Enfin, tout le monde sait que le gouvernement ne peut pas à reculer (à part quelques blogueurs de la droite de l'UMP abrutis). Si le gouvernement lâche, il se coupera de sa gauche alors qu'il n'y a qu'avec de tels sujets qu'il puisse la satisfaire. En outre, s'il lâche... Il sera lâche.

Je récapitule.

1. Peut-on parler de débordements ou s'agit-il d'erreur d'appréciation de la police ou du gouvernement ?

Pour moi : oui, il s'agit bien de débordements.

2. Les débordements ont-ils été organisés ou s'agit-il d'une action "improvisée par la foule" ?

Pour moi : oui. Ils sont bien organisés.

3. L'organisation des débordements est-elle proche de la réacosphère ?

Pour moi : oui.

4. L'action est-elle positive à Jean-François Copé pour ce qui concerne la communication interne au parti ?

Pour moi : heu... Joker.

5. L'action est-elle positive pour l'UMP vis-à-vis de l'électorat !

Pour moi : non.

6. L'UMP a-t-elle la capacité à organiser ces débordements ?

Pour moi : non. Sans être formel.

7. Des proches de François Fillon ont-ils la capacité à organiser ces débordements ?

Pour moi : bof. Je crois plus à une organisation par des internautes qui peuvent être proches de Fillon qu'à une organisation de l'UMP.

8. La réacosphère a-t-elle la capacité d'organiser ces débordements ?

Pour moi : oui.

9. La réacosphère a-t-elle organisé ces débordements ?

Pour moi : oui

10. La réacosphère a-t-elle organisé ces débordements délibérément ou par hasard ?

Pour moi : joker

11. La réacosphere aurait elle organisé ça avec le FN ?

Pour moi : c'est possible. Mais j'aurais plutôt tendance à voir une autre organisation sans pouvoir en sentir les contours.

Réponse @Pierre_Danet

« Il est nécessaire de reprendre en mains ce gouvernement et son image. Il y a un problème technique à la base et un problème de compétences clef. Le problème technique, c'est l'Europe. Le problème de compétences, c'est le besoin de chasseur de têtes de haut niveau pour staffer vers le haut les équipes de ce gouvernement. »

Voilà ce que commente l'honorable Pierre suite à un de mes billets d'hier. Je devais lui répondre dans un commentaire mais autant en faire billet. 

L'Europe, un problème technique ? Bof. C'est un problème politique. Mais on y est. Il faut faire avec. Le problème de compétences ? Je ne sais pas. Je refuse de me déclarer plus compétent qu'eux (et que les précédent) : c'est leur métier. S'il y a un problème, il est politique. Encore. 

La politique à mener ? Je n'en sais rien. La seule possible : celle pour laquelle les électeurs ont porté ce gouvernement et qui passe par une baisse des déficits. Ça ne sera que lorsque qu'on aura réussi qu'on pourra faire bouger l'Europe. Par ailleurs, on n'a pas d'autre choix que de faire des réformes de long terme contrairement à ce qu'ont fait les gouvernements précédents. 

On ne sortira de ce bourbier qu'en faisant bouger l'Europe à au moins deux niveau : la politique monétaire et la fiscalisation aux frontières. J'y tiens. Ça veut dire s'assurer que tous les produits importés soient bien assujettis aux impôts (TVA et surtout bénéfices). 

Le problème d'image ? Il sera l'objet d'un billet matinal du blog.

mardi 26 mars 2013

L'analyse politique vue par les blogueurs Front de Gauche

Des Pas Perdus et Gauche de Combat font tous les deux, ce soir, un billet dans leurs blogs pour donner leur analyse du résultat de la législative partielle, où il semble qu'ils s'indignent de voir une partie de ceux qui ont voté pour le Parti Socialiste au premier tour ont voté pour le Front National au second.

L'ami Gauche de Combat va encore se sentir stigmatisé mais force est de constater qu'il y a une erreur d'analyse dans leur jugement d'autant que je croyais que c'était leur formation qui avait pour rôle de combattre le Front National !

Une erreur ?

Je suis gentil. Comptons précisément en espérant ne rien oublier.

1. La seule question qu'ils devraient se poser est de savoir pourquoi les électeurs n'ont pas voté pour le Front de Gauche au premier tour.

2. Les partis politiques ne sont pas propriétaires des voix de leurs électeurs. Depuis bientôt 11 mois ils nous bassinent sur le fait que François Hollande a été élu grâce au 4 millions de personnes qui ont voté pour leur champion au premier tour. C'est faux. Il a été élu grâce aux près de vingt millions d'électeurs qui l'ont choisi (dont quelques millions pour virer l'ex).

3. Le Front National ne représente plus l'épouvantail raciste qu'il a été. Jean-Luc Mélenchon en en faisant sa principale cible a contribué à sa banalisation. Et ils continue. Quand ses troupes traitent les ministres de salopards, ça n'aide pas les gens à voir où est le camp du bien.

4. Si l'électorat populaire se sent plus proche du Front National que le parti qui pense représenter le peuple, ce dernier devrait réfléchir à ses propres erreurs plutôt que d'attaquer les copains.

Le point 4 étant en doublon avec le 1, mon comptage est rendu difficile.

5. DPP nous dit "Si la direction du PS et le gouvernement Ayrault ne changent pas rapidement d'orientation politique, les socialistes ne seront pas à l'abri d'un autre 21 avril." Il inverse les données. Il voudrait que les socialos mènent la politique prônée par son parti mais le résultat des élections montre que le peuple n'en veut pas. Pour aller plus loin, le fait que les électeurs socialos votent au second tour contre l'UMP me parait assez encourageant.

6. GDC dit : "A force de penser que le Front de Gauche est l’ennemi plutôt que la droite et son extrême, le comparant sans cesse malgré l’évidence au FN, contribuant ainsi à banaliser ce parti xénophobe, les hollandais vont finir par laisser porter au pouvoir Marine Le Pen…" les événements que j'allais qualifier de récents mais qui durent depuis des mois montrent que c'est bien le Front de Gauche qui désigne le PS comme l'ennemi.

Personne au PS n'a comparé le FdG au FN. C'est le FdG qui est parti au combat contre le FN en essayant d'adopter ses méthodes et son populisme.

Persister à prétendre le contraire est une funeste connerie : tous les observateurs, donc les électeurs, sauf peut-être 10% voient que le Front de Gauche a pris le Parti Socialiste comme ennemi.

Les gars, je vous le dit en toute amitié : j'espère sincèrement que vous n'êtes pas convaincus par ce que vous écrivez dans vos blogs.

Ou alors, je ne peux plus rien pour vous.

Amen.

dimanche 24 mars 2013

Blogowar entre @zededalus et @jesuiscethomme !

Tiens ! Il y a une blogowar entre Dedalus et Gauchede Combat. Je vais résumer. 

L'autre jour j'ai traité de connasse une twittos. J'ai présenté des excuses. Néanmoins, une andouille a fait un caca nerveux dans Twitter pour appeler les gens à m'unfollower : au prétexte qu'on n'insulte pas une femme. Dedalus a fait un billet pour démontrer que l'andouille insultait les femmes avec des exemples concrets alors qu'il jurait qu'il ne le faisait jamais. 

J’ai résumé cette première partie de manière courte pour faire en sorte que Gauche de Combat comprenne bien parce que, dans son billet, il me semble qu’il omet de dire le plus important à mes yeux.

L’andouille a déclaré dans Twitter que je n’étais pas fréquentable et qu’il unfollowerait tous ceux qui me followent.

L’autre aspect de cette première partie et qu’il faut souligner. En faisant son billet, Dedalus a fait un acte de solidarité pour un copain attaqué et je l’en remercie à un point que vous ne pouvez pas imaginer.

La deuxième partie de l’histoire, vous l’aurez compris, est que Gauche de Combat a fait un billet pour attaquer Dedalus, de manière assez violente.

Voilà…

Maintenant, je vide mon sac

Tout d’abord, j’ai bien eu huit ou neuf unfollows, ce jour là, soit cinq ou six de plus que d’habitude ce qui nous montre l’influence de l’andouille.

Je note néanmoins que parmi ces unfollows, il y a trois personnes particulières puisque je les connais. Le premier, on papotait parfois dans Twitter. La deuxième est une blogueuse qui m’a demandé plusieurs fois de RT ses billets, ce que j’ai toujours fait sans même le lire. Le troisième est un ancien blogueur que je connais dans la vraie vie et que je considérais comme un ami.

Je peux dire que ces braves gens peuvent s’interroger sur leur réel positionnement à gauche. Virer un type parce qu’un autre a dit qu’on ne pouvait pas me suivre sans se poser de question est totalement contraire aux idées que je me fais de la justice. Parce que c’est bien un jugement qu’ils ont fait.

Le plus drôle est que l’ancien blogueur se prétendait militant féministe. Or, il me vire parce que je traite les femmes à égalités avec les hommes : je les insulte de la même manière.

Mes insultes

Je m’en suis expliqué l’autre jour dans le blog politique (par erreur, c’est dans un autre blog que je voulais le faire). Je considère que certains propos sont beaucoup plus insultants que d’autres. Par exemple, le billet de Gauche de Combat à propos de Dedalus est bien plus insultant que le mot « connard » que je pourrais utiliser.

Les gens qui se permettent de me juger pour un langage parfois cru feraient mieux de remettre les pieds sur terre.

L’influence

Tant qu’on en est à remettre les pieds sur terre… Gauche de Combat (on va dire GdC, pour la suite…) signale le billet de Dedalus avec une note de renvoi : « ¹ … à qui je ne ferai pas la grâce d’un lien : ce serait lui faire bien trop d’honneur. C’est ce qu’il recherche par dessus tout : plus de visibilité… L’ombre insupporte l’orgueilleux. » Je vous passe le fait que c’est contraire aux usages de la blogosphère. On s’en fout un peu. Je passe aussi le fait que c’est inique : il se livre au procès de Dedalus mais ne donne pas à ses lecteurs les moyens de juger par eux-mêmes. C’est de la malhonnêteté intellectuelle.

Je ne passe pas le fond de cette note de bas de page : Gauche de Combat, pardon, GdC, s’imagine influent au point de ne pas vouloir mettre en avant le billet de Dedalus. GdC a pourtant un compteur de visites sur son blog et doit savoir le nombre de lecteur qu’il a : c’est, tout comme moi, dérisoire.

L’andouille, par ses tweets et l’énergie dépensée vendredi matin, m’a fait perdre une poignée de followers, c'est-à-dire : rien.

Dans son billet, GdC cite le tweet de Bruno Roger-Petit qui reprend le billet de Dedalus. Je suppose que chaque billet de BRP est lu par 10 ou 20 fois plus de personnes, si ce n’est pas 100, que les billets de GdC (et les miens, d’ailleurs). Le tweet de BRP aura généré plus de visites à Dedalus que l’ensemble des tweets que nous avons pu faire pour relayer son billet.

Il faut revenir sur terre.

Je vois souvent beaucoup de twittos qui passent des heures à éructer et à porter des jugements comme s’ils étaient importants alors qu’ils vont être lus, tout au plus, par une vingtaine de personnes.

Il faut revenir sur terre.

Par exemple, nous ferions mieux de nous unir pour donner du poids à ce qui nous est cher : les blogs politiques engagés. Nous devrions nous entraider mutuellement pour améliorer notre visibilité globale plutôt que de roter dans un réseau social sans intérêt.

Par un simple renvoi, GdC montre qu’il n’a toujours rien compris à sa propre influence…

Bloguer ?

Je blogue parce que j’aime écrire et j’aime lire l’actualité telle qu’elle est présentée par des braves gens, qui sont, pour beaucoup des amis plus ou moins proche. Je suis fatigué de voir tous ces gens qui se prennent au sérieux. Pendant ce temps, le grand capital et tout ça nous la mettent bien profond.

Ah merde ! J’ai été grossier.

Nous tournons en rond. L’andouille m’attaque dans Twitter. Dedalus prend ma défense. GdC attaque Dedalus. Je défends Dedalus. Si l’andouille me traite de gros con, la boucle sera bouclée.

La morale de cette histoire

Nous avons un type qui m’attaque parce que j’ai traité une femme comme je traite les hommes tout en se permettant lui-même de traiter une partie du monde fils de pute et de qualifier de conne ou de connasse certaines femmes qu’il croise.

Nous avons des types qui en unfollowent certains sans jugement parce qu’un type a dit qu’ils n’étaient pas fréquentable.

Nous avons GdC qui attaque Dedalus parce qu’il fait preuve de solidarité avec moi.

Elle est belle, la vraie gauche ! Ils sont beaux les féministes, les égalitaristes !

Question finale

GdC dit, dans son billet, que Dedalus opère une « entreprise méthodologique de destruction des blogueurs qui ne sont pas de son côté idéologique si étroit… »

Quelle est l’influence de Dedalus au point de pouvoir détruire des blogueurs ? La même que la mienne, la même que celle de GdC : aucune.

Par contre, dans son billet, GdC met une illustration avec le vrai nom de Dedalus.

Chacun jugera.

vendredi 22 mars 2013

Mes excuses @Melody_Hain

J'ai insulté cette dame, mercredi soir, à 21h45. Je lui présente mes excuses sincères. J'avais totalement oublié cette histoire mais elle intéresse des gens dans Twitter... J'ignore pourquoi certains sortent ça ce matin...  Je me demande si ça coïncide avec l'arrêt du blog de Sarkofrance.

Mes excuses sont réellement sincères. C'est une habitude que j'ai prise : traiter les commentateurs de mon blog de connards ou pire quand un commentaire désagréable est mis (j'ai bien dis désagréable, je n'ai pas dit : pas d'accord avec moi...). Je l'ai reportée sous Twitter, un soir, à 21h45...

Je ne vais pas rappeler le contexte. Sarkofrance a fermé ses blogs, depuis. Allez savoir pourquoi nous sommes parfois un peu à cran...

Je pose néanmoins une question : pourquoi des gens qui se prétendent féministes ne réagissent pas quand j'insulte un mec... ?

jeudi 21 mars 2013

Soirée Twitter

J'espère que je vais avoir encore un tas d'engueulades avec des Twittos ce soir, cachés derrière un pseudo, un avatar et un écran. Ils sont mignons, tiens !

Voilà le premier petit juge de la soirée ! Ça commence de bonne heure aujourd'hui.

Voilà : Cahuzac est coupable.

Le genre d'imbécile qui donne des leçons de gauchisme mais qui oublie des principes de base.


mercredi 20 mars 2013

Au top, le Front de Gauche, ce soir !

Méluche devrait lire ses fans. Dedalus parlait de culture politique, je parlerais plus de sens politique. C'est rigolo, cette cabale contre "nous", ce soir !

Ils prennent leur pied et s'imaginent que les électeurs vont courir derrière. Bas de plafond.

Ma vocation : diffuser des copies d'écran de Twitter

Ils sont quand même mignons au Front de Gauche

Edit : ils me gavent. Je supprime les photos de ce billet.







Au niveau du militant Front de Gauche

Cela dit sans arrière pensée. Le nombre d'andouille de cette gauche qui parlent de moi en espérant que je ne vois rien me sidère.

Et hop ! Un jugement en 140 caractères sans aucun fond.

Emmanuelli, le chômage et les retraites

"Mais, il faut bien avoir conscience que le problème des retraites, c'est celui du chômage.""Ce qui est vital, chez nous, c'est le taux d'emploi." Voilà ce qu'a rappelé Henri Emmanuelli à la radio, hier, en précisant qu'on pourrait toujours faire les réformes que l'on voudra, la seule solution pour sauver les retraites par répartition est bien de résoudre le problème du chômage.

Paradoxalement, il se déclare pour une augmentation de la durée de cotisation, peut-être pour nous préparer à ce qui nous attend... Voire pour nous expliquer qu'on pourra réduire la durée de cotisation quand il n'y aura plus de chômage.

Vous, je ne sais pas, mais, personnellement, je ne crois pas que je verrai un taux de chômage inférieur à 7% avant ma retraite. C'est tellement le bordel que je serais satisfait avec un taux à 8% !

Si je note les propos de Riton, c’est qu’il y avait eu une vague polémique, il y a une semaine.

mardi 19 mars 2013

Pour les bonnes œuvres, amis, donnez !



L'injustice serait une victoire pour la gauche !

Et voir Gauche de Combat citer Libération est très drôle. Après, ce gendre d'andouille se demande pourquoi le Front National dépasse 20% et pour quoi le parti qu'il défend tourné autour des 10. Pauvre cloche.

Les blogueurs Front de Gauche et la cabale contre Cahuzac

Voilà l'andouille GdC qui fait les archives de Dedalus pour casser. Vraiment mesquin d'autant qu'il n'y a toujours rien.

Le Front de Gauche qui montre sa vision de la justice. C'est beau...

Blogueur de Gouvernement dubitatif

Popularité aurait du être le titre de ce billet du blog politique, rédigé dans le métro. Les informations lues en sortant m'ont dissuadé.

Le Parisien titrait, ce matin : Hollande sous pression. Le canard racontait la perte de popularité et les couacs Gouvernementaux. Les blogs politiques sont déprimés. Que faire ?

Le rapport de l'OCDE est tombé aujourd'hui. Je ne l'ai pas lu (je vais lire, ce soir, le billet de Politeeks qui y a repéré un certain nombre d'âneries).

Moi, j'ai lu un truc qui m'a intéressé, dans une dépêche : le chômage va se stabiliser en fin d'année. J'imagine qu'on va bientôt entendre dans la bouche de nos ministres socialistes des phrases pompeuses du genre : les courbes montrent clairement une baisse de la hausse du chômage. On s'est bien foutus de la gueule des élus du camp d'en face quand ils nous racontaient ce genre de connerie, qu'on mériterait de s'en prendre à notre tour plein la poire si on dit la même chose.

Il n'empêche qu'Hollande avait bien communiqué sur un renversement de tendance fin 2013 (et moi aussi, vu que j'avais d'autres "sources" que gouvernementales ou politiques, en l'occurrence le directoire d'un de mes clients). L'OCDE vient de confirmer une partie du scénario. Ça s'arrose (mais il me reste une demi-heure de métro).

François Hollande doit arrêter tous les fiascos de communication, comme cette histoire de Dijon avec la volonté de légiférer par ordonnance. C'est au Premier Ministre de faire ce genre s'annonces. François Hollande peut dire qu'il a demandé au PM de simplifier les normes et de supprimer certains blocages... Jean-Marc Ayrault aurait alors pu dire qu'il a demandé au PR de légiférer par ordonnances. Et hop !

Faut que j'arrête de faire des théories débiles sur les ordonnances dans le métro : je viens de louper le changement. Ça me rappelle quelqu'un.

Que doit faire François Hollande ?

Tout d'abord, il faut reprendre la main sur le Parti Socialiste. Que faisait Harlem Désir au Mali ? Pendant ce temps, on voyait des articles de presse qui disaient que des dirigeants du parti expliquaient que les ministres ne s'étaient pas assez impliqués dans la législative partielle. Ils ne peuvent pas se taire ? Les ministres se seraient impliqués, ils auraient été critiqués pour cela... Surtout que l'élection était perdue d'avance.

Que doit dire François Hollande ? La vérité. On est dans la merde et les mesures prises auront un effet dans un an. Que ce soit le contrat de génération ou la BPI, la réforme territoriale, les contrats d'avenir,...

Il doit ensuite filer des baffes. Tiens un député a dit qu'il voulait baisser les allocations familiales pour les couples les plus aisés. Prodigieuse connerie qui permet à la droite de riposter (et énerve mes copains blogueurs) sur différents axes : le bricolage, la matraquage, la casse de la politique familiale,... C'est plutôt le bricolage qui me gêne, d'ailleurs.

Le Parti Socialiste est complètement à côté de la plaque pour ce qui concerne la riposte. Au moins, Nicolas Sarkozy avait des ministres spécialisés : Nadine Morano et Frédéric Lefebvre. J'ai lu des propos de Laurence Parisot, aujourd'hui. Je n'ai entendu aucun socialistes ruer dans les brancards...

Par contre, j'ai lu des articles de presse expliquant que Martine Aubry avait taclé Vincent Peillon en refusant de faire la réforme scolaire dès cette année et que, du coup, c'était Bertrand Delanoë qui s'y avait été obligé d'y aller.

Il faut que ça cesse.

Cela étant, il faut aussi que cessent ces unes des journaux à propos de la popularité du Président. Je n'ai pas voté pour lui pour qu'il soit populaire.

Poursuivant ma lecture du Parisien, ce matin, j'ai vu un article expliquant que le PS voulait relancer le droit de vote des étrangers. Ils croient vraiment que c'est utile ?

bon ! je rédige un beau billet dans le métro après un autre changement, pour le blog politique, et j'apprends en sortant qu'on a changé de ministre du budget.

Je vais mettre ce billet dans l'annexe. C'est Rebsamen qui voulait qu'on vire un ministre pour l'exemple ?

Défense : l'ombre de nous-mêmes

Dans mon billet à propos du livre blanc de la Défense, j'évoque la possibilité de devoir vendre le porte avion Charles de Gaulle. Il y aura d'autres points très négatif comme l'éventuel arrêt d'achats de Rafale et, d'une manière générale, d'équipement militaire. On évoque même une diminution des crédits pour la dissuasion nucléaire.

Mon copain Falconhill dit en commentaire que c'est terrifiant ce à quoi je réponds que je ne sais franchement pas. Je sais seulement que je préfère que l'argent public aille dans les écoles ou le logement que dans l'armement.

Avons-nous besoin d'un porte-avion pour la Défense de la France ? La réponse est très certainement négative. Avons-nous besoin d'un porte-avion pour les autres missions de notre armée ? La réponse est peut-être négative. Avons-nous d'autres missions, d'ailleurs ? Avons-nous vocation à assurer celle de gendarme du monde ? J'aurais tendance à penser que oui.

Autre question : la dissuasion nucléaire est-elle toujours d'actualité ? Peut-on laisser les USA et la Russie nous défendre ? Vaste question... Il y a plusieurs pays qui développent des armes nucléaires dans le monde et certains semblent dangereux. Et je ne crois pas que notre dissuasion puis dissuader des fous. Par ailleurs, on peut probablement diminuer notre arsenal. Peut-être les sous-marins suffisent-ils ?

Dernier point : notre industrie a-t-elle la capacité de concevoir et commercialiser des avions militaires ? Ne devons-nous pas plus insister sur les coopérations internationales ?

Ainsi, j'aurais tendance à répondre à Falconhill que tout cela n'est pas terrifiant en tant que tel : nous n'avons pas besoin d'avoir une force de Défense très puissante. Par contre, nous devons avoir une armée capable d'intervenir pour des machins comme au Mali.

Je ne suis pas un expert mais il me semble que nous avons besoin d'équipement pour les soldats, de blindés légers, de matériel de transport rapide,... S'il y a bien un domaine à renforcer, c'est celui-là. Il faut que les armées puissent avoir les moyens d'intervenir dans leurs domaines réciproques. Mais laissons nos experts faire leur boulot et les politiques prendre les décisions.

J'imagine qu'ils trouveront une solution pour ne pas vendre le Charles de Gaulle, comme en le maintenant à quai et en poursuivant l'entretien. Quand je pense qu'il y a quelques années, on envisageait d'en construire un deuxième ...

Et c'est peut-être ça qui est terrifiant : la crise est le prétexte mais nous n'avons tout simplement pas la capacité d'avoir une Défense à l'image qu'on se fait de la grandeur de notre pays ?

Et nous ne retrouverons plus les moyens. Il nous faut envisager de vendre le fleuron de notre flotte à des pays qu'une majorité de citoyens considèrent comme étant encore du tiers-monde !

samedi 16 mars 2013

Ils sont beaux



Un #kdb à Lyon

Un #kdb sans moi et pas à la Comète...

Bonne fête Pseudo !

Ce matin, JJU a dit dans Facebook qu'il boirait un coup à ma santé pour la Saint Patrick. Je me suis dit "ah ! Oui ! On est le 16 mars. Il faut que je pense à envoyer un SMS à Patrick." C'est mon ancien chef (de 1996 à 2006) et on est restés proches...

Je me suis aussi rappelé que Patrick est le prénom d'un blogueur qui a choisi un pseudo avec un autre prénom. J'ai mis trois heures à me rappeler de qui il s'agissait (je m'en suis rappelé en tombant dessus par hasard dans Twitter).

L'autre jour, j'avais totalement oublié la véritable identité d'Homer. C'est con, je communique avec lui par mail avec sa vraie identité. Depuis ce matin, j'essaie de me rappeler du prénom de Falconnette, la femme de mon copain FalconHill. Je la connais dans la vraie vie et je papote avec elle sur le mur Facebook de Falconhill sous son vrai nom. Elle n'est ni tweeteuse ni blogueuse mais je ne la connais que par le pseudo que lui attribue son mari dans son blog.

L'autre jour, un autre copain, Seb Musset, est passé à la télé. Son identité était indiquée en bas de l'écran : Sébastien Musset. J'ai trouvé l'utilisation du prénom complet d'autant plus ridicule que j'ai connu son vrai nom. C'est surtout ridicule parce que j'ai oublié ce vrai nom (dont je me fous par ailleurs, c'est son choix de se faire connaître sous pseudo).

Tant que j'y suis à parler d'un fidèle du Kremlin des Blogs, parlons des deux autres piliers : Politeeks et Gildan. Le premier : il a changé de pseudo deux fois et j'échange avec lui avec sa véritable identité. Quand j'en parle dans le blog, j'ai un mal de chien à ne pas utiliser son premier pseudo. Le deuxième : je ne sais jamais quel est son vrai prénom...

Je pourrais balayer tous mes contacts ! Tiens ! Ma copine CC. Je connais son nom de famille mais suis incapable de me rappeler de son prénom (plus exactement, je ne connais pas les deux dernières consonnes alors que les autres lettres sont communes à plusieurs prénoms).

Le plus drôle est peut-être Tonnégrande. Je l'ai connu dans les bistros avant le blog, donc avec son vrai prénom (après il a crée son blog et son pseudo puis a arrêté sa vie dans les réseaux sociaux). Il m'arrive toujours de parler de lui dans la vraie vie avec son pseudo que personne ne connait. J'arrive à la Comète, je demande : "tu as vu Tonnégrande ?" "Heu... Qui ?"

Tiens ! JJU dont je parlais en introduction. Le JJ est évidemment Jean-Jacques et le U est la première lettre de son nom de famille. Je l'appelle JJU parce que je ne veux pas qu'une requête Google d'un de ses clients n'arrive chez moi. C'est un peu comme si c'est moi qui lui avais crée son pseudo. Lui-même a un compte Facebook avec une fausse identité. Bref ! J'ai un mal de chien à l'appeler autrement que JJU.

Notre pote commun, Gularu, a tué son identité numérique. Il m'est quasiment impossible de le "représenter" avec son vrai prénom que je connais pourtant depuis des années.

Et vice versa...

Il y a un tas de gens qui sont incapables de m'appeler autrement que Jégoun ce qui m'a paru ridicule pendant des années. Ce n'est pas un pseudo ! Quand j'ai pris mon premier compte internet, il y avait déjà un njegou à avoir pris un compte chez mon FAI de l'époque. J'ai donc choisi jegoun comme identifiant parce que je ne voulais pas un truc long comme nicolas.jegou. Du coup, j'ai gardé jegoun quand j'ai ouvert des comptes dans des nouveaux trucs ! Comment pouvais-je savoir, en avril 2007, que Twitter serait à la mode 6 ans plus tard. Me voilà @jegoun !

En 2007 ou 2008, avant la "popularité" de @jegoun, je m'étais trouvé au milieux d'une bagarre entre deux blogueurs illustre de l'époque, Loïc Le Meur et (Nicolas) Versac. J'avais arrêté de signer les commentaires "Nicolas" et j'avais opté pour "Nicolas J". Ça a duré quelques semaines mais c'était à l'époque de la création des leftblogs.

Des lascars continuent à m'appeler "Nicolas J".

Est-ce qu'on ne pourrait pas jour revenir à nos vrais identités ? Par exemple Yann Savidan se fait appeler @didiergoux alors que Didier Goux se fait appeler @yannsavidan.

C'est le bordel.

vendredi 15 mars 2013

Microsoft - Apple : 30 ans de guerre

Google vient de fermer un service (Google Reader). Une discussion avec des copains me fait retourner dans mes jeunes années, pour évoquer la bataille entre les grands groupes informatiques pour conquérir le marché !

Flash back… 1978 ou 1979. Je suis né en 1966. Mon père avait créé un club informatique « Microtel » dans la commune, avec des copains à lui. J’étais tout le temps fourré avec lui. Microtel était une association nationale. Pour prendre sa carte, il fallait avoir 15 ans. Je passais mes loisirs dans le local du club… Au début, nous avions un Goupil 1 mais c’est surtout sur un Goupil 2 que j’ai fait mes premières armes. Peu importe !

Vers 82 ou 83, nous avions, au club, plusieurs ordinateurs qui se faisaient à cette époque là, genre Amstrad, un peu plus tard.

L’Amstrad avait CP-M comme système d’exploitation, comme d’autres. On pensait que ça allait devenir le standard puis est arrivé MS DOS et dès 84 ou 85, on sentait que c'était ce machin qui allait devenir à la pointe mais on avait du mal à se procurer des "compatibles IBM" qui fonctionnaient bien (les vrais IBM étaient très chers). La joie quand on a réussi à se faire financer un vrai IBM !

La domination a commencé à ce moment là. J'ai fait mon premier stage en 86 et on n'avait que du MS DOS. Deuxième stage l'année suivante, MS DOS était devenu le principal OS dans les grandes entreprises.

Dès ces années, tous les microordinateurs étaient vendus avec MS DOS… sauf les Apple. Les autres petits OS ont disparus. Des clones d’Unix sont sortis et Linux a commencé à pointer son nez quelques années après. Pour ma part, je n’ai quasiment jamais eu à utiliser un ordinateur Apple ou un truc en Linux.

La domination de Microsoft sur Apple dure ainsi depuis un peu moins de 30 ans…

Windows 95 est arrivé 10 ans après le début de la domination de Microsoft alors que techniquement, Apple avait une large avance. Microsoft était la risée mais les entreprises avaient déjà choisi Microsoft, qui avait donc un large revenu "naturel".

Dans les milieux professionnels faisant essentiellement de la bureautique, Microsoft a "viré" Apple vers 1995 (grâce à Windows NT « puis » 95). Je me rappelle des dates à cause du boulot que je faisais à l'époque, parce que nous avions de gros problèmes de compatibilité avec les fichiers Word, ce qui a accéléré la chute d'Apple en entreprise.

C’était il y a plus de quinze ans.

Les sociétés ont une histoire parallèle mais n'ont pas le même fond de commerce : Apple vend essentiellement du matériel. A vue de nez, c'est le seul constructeur qui existe encore, parmi ceux que je connaissais, au moins de nom, il y a trente ans... Les deux boites gagnent vachement de pognon.

Pourtant, pour les deux, le vrai danger pour les années à venir semble être Google...


mercredi 13 mars 2013

Cache ta joie, Jean-François !



Prout la gauche

« Qu’est-ce qu’être de gauche ? » Rassurez-vous ! Je ne suis pas en train de lancer une énième chaîne de blog. C’est de la faute à l’Amiral Woland qui commente un de mes billets ainsi : « c'est parce que vous n'êtes pas vraiment de gauche en fait. » Cela m’a évidemment fait rigoler, surtout que vendredi dernier, je me suis engueulé avec le vieux Joël. Lui, il se prétend de gauche, il a voté pour Jean-Luc Mélenchon et tout ça, mais dès qu’on aborde un sujet précis, il a une position strictement de droite, souvent libéral, parfois réactionnaire,… mais franchement de droite.

Je prends une information au hasard dans Google News. Le Point : « Le Parlement européen exige des modifications au projet de budget européen 2014-2020. » Je suis persuadé que si j’en parle avec le vieux Joël, il va me dire que l’Europe fait chier et qu’ils veulent encore augmenter les impôts. Position strictement libérale et réactionnaire. Il refusera de se rendre compte qu’il va dans le même sens qu’Angela Merkel et contre la volonté d’une grande majorité des députés donc visiblement du peuple… Ce genre de discussion a lieu plusieurs fois par mois. Il est de gauche par principe, élevé par la gauche, mais n’a aucune culture politique. Pire ! Quand un blanc bec comme moi lui explique quelque chose, il va se braquer très vite, dès la première objection que je vais formuler, même si je prends toute les formes nécessaires.

Ainsi, la question « Qu’est-ce qu’être de gauche ? » me traîne dans la tête.

Cas concret. L’illustre PensezBibi qui se situerait à un niveau géographique à la gauche de la gauche a fait suivre une chaîne de blogs à laquelle j’avais participé. Il finit en « taguant » un certain nombre de blogs. Parmi les questions qu’il pose, il y a la suivante : « 3. Une blogroll de gauche avec des blogs de Droite Extrême dedans, ça vous inspire quoi ? » C’est évidemment pour ma gueule…

Je vais poser à mon tour une question : un blogueur qui demande à ses relations de juger un blogueur à ses propres relations peut-il être qualifié de gauche ? Assurément, non.

Des Pas Perdus, également blogueur de la vraie gauche, est tagué et répond à cette question : « La stupéfaction sachant qu'un blogueur de gauche défend des idées qui lui interdisent de promouvoir des blogs qui combattent la liberté, l'égalité, la fraternité et la laïcité. » Je vais poser deux questions, pour changer. La première : n’avez-vous pas envie de rigoler en lisant qu’on voudrait interdire de promouvoir des blogs qui combattent la liberté ? Et ma liberté, alors ? Je vais virer DPP de ma blogroll puisqu’il m’interdit de faire ce que je veux avec ma blogroll. La deuxième : sachant que les scores électoraux de Marine Le Pen sont proches de ceux du Parti Communiste jusqu’à 1982, peut-on considérer normal que des gens qui se prétendent de gauche ont complètement tourné le dos au peuple ?

Vous n’êtes pas obligés de répondre.

Dans son billet suivant, notre brillant blogueur de la gauche de la gauche s’interroge sur le courage de François Hollande et termine par une série de questions : « Qu'y-a-t-il de courageux à faire souffrir encore plus les classes populaires et moyennes ? Qu'y-a-t-il de courageux à plaire systématiquement aux puissants ? Qu'y-a-t-il de courageux à obéir aux diktats des instances internationales noyautées par l'oligarchie ? Qu'y-a-t-il de courageux à se conformer à l'idéologie dominante ? Qu'y-a-t-il de courageux à rembourser à tout prix une dette en grande partie illégitime ? Qu'y-a-t-il de courageux à favoriser la régression sociale ? » Je vais donc poser une question. C’est la journée où je pose des questions… Qu’y-a-t-il de courageux à prôner des théories politiques qui n’ont aucune chance d’être mises en œuvre sauf de majorité possible ? Qu’y-a-t-il de courageux à rester éternellement dans l’opposition ?

Qu’y-a-t-il de gauche à rester dans l’opposition ?

Qu'y-a-t-il de gauche à juger les gens selon leurs fréquentations ?

mardi 12 mars 2013

Dijon : un déplacement normal ?

« Il y a un vrai mythe dans ces sorties pour "rencontrer les vrais gens et sortir de la tour d'ivoire de l'Elysée : s'il s'agit de rencontrer des militants de Solidaires, autant recevoir leurs dirigeants à l'Elysée, et discuter de façon bien plus approfondie ; sinon, les députés et les maires savent très bien sentir le pouls de l'opinion et faire remonter leur perception.

Mais vouloir écouter des gens pris au hasard n'a aucun sens: on peut aussi bien tomber sur un retraité qui dira que sa pension est devenue insuffisante que sur un actif qui dira que ses cotisations de retraite sont devenues trop lourdes; après quoi, on est bien avancé.
 »

Tel est le commentaire laissé par Elie Arié à mon billet du blog politique. J’ai répondu par l’affirmative (voire plus méchamment…). Juste après, je suis tombé sur cet article du Monde (en deuxième position de Google News) qui revient sur les quelques couacs, comme ce machin avec les vigiles qui arrêtent le type qui criaient ou une surreprésentation des militants du PS.

La conclusion de l’article est : « Ce qui était une petite contradiction de plus dans un programme a priori conçu pour permettre à M. Hollande de retrouver ce "contact direct avec les gens", ce lien qu'il avait su tisser pendant la campagne présidentielle et qui s'est peu à peu distendu depuis qu'il est à l'Elysée. »

Finalement, je ne sais pas trop quoi en penser…Je pense que le Président (quel qu'il soit) a réellement besoin de ce contact avec les gens, de rencontrer des lascars plus ou moins au hasard et de prendre des bains de foules... Et je crois que les gens ont besoin de belles images à la télé.

Je répondais à un de mes autres commentateurs qui me charriait à propos de la popularité que je me fous de la popularité de Hollande... J'espère seulement que la cote de confiance atteindra 99,99% (c'est une image) en 2017 ! Un autre commentateur me disait que ce n'était pas très important en cette période sans échéances électorales (et il a parfaitement raison) mais que les journaux reprendront leur soutien à Hollande prochainement, pour la préparation des municipales. J'ai un doute : le soutien ne fait pas vendre et ce genre de propos me parait toujours délirant.

A part que ça ira mieux la prochaine fois…

lundi 11 mars 2013

Un #kdb plein

@elc95 @mediavox @sebmusset @menilmuche @megaconnard @fabien_lorch @elooooody @polluxeblog @pgildan @nicocerise @jujusete @politeeks @mlle_titam @amsika @hielenahb @cyrilmarcant @davidburlot @amy_papote et moi.

En principe.

L'enflure @politeeks #kdb



Envoyé de mon iPhone

Début du message transféré :

Expéditeur: Foursquare <noreply@foursquare.com>
Date: 11 mars 2013 19:43:14 UTC+01:00
Destinataire: 
Objet: You've just been ousted as the mayor of A La Comete!


Sorry for the bad news, but Politeeks has just ousted you as mayor of A La Comete!
https://foursquare.com/v/a-la-comete/4bc8ac2092b376b071ed513a


Don't take it too hard - a few more check-ins and you could be back on top...

Good Luck!
- Your friends @ foursquare

foursquare labs, Inc. 568 Broadway, New York, NY 10012

This message was sent to jegoun@gmail.com. Please remember you can always go to your User Settings page to adjust your account and contact info, privacy controls, email preferences and options linking to Twitter and Facebook.

dimanche 10 mars 2013

Vive les esthètes !

J'en tiens un. Mon iPhone n'a pas assez de mémoire pour mettre toutes les photos que j'aurais envie de diffuser. Ce type est grandiose.