mercredi 30 janvier 2013

Parlons Français !

NDA est bien gentil. Mais les enfants n'ont pas un papa et une maman mais un père et une mère. Il va finir par déplaire à ses électeurs réacs.

Cela étant, que veut dire "l'égalité des enfants à avoir un papa et une maman" ?

L'union civile : oui. Appelons ça le contrat d'union civile, ça fera un joli acronyme.

7 autres conseils pour Google+

Dans mon blog geek, je donne des conseils pour aider les utilisateurs de Twitter et de Facebook et les blogueurs à revenir vers Google+.

J'ai oublié ou minimisé quelques aspects. Je résume : il ne faut pas prendre dans G+ les mêmes mauvaises habitudes qu'avec les deux autres (notamment suivre n'importe qui, publier n'importe quoi et faire la promotion de ses blogs). Il faut publier des choses susceptibles d'intéresser des gens et ne suivre que des gens qui publient réellement des choses intéressantes.

Je dirais en plus :

1. Fais une étanchéité complète entre ton activité de blogueur et ton activité de Googleplussien. Techniquement, la gestion multicompte de Google et les pages Google+ permettent très bien de le faire. Si un type veut savoir ce que fais Jegoun dans Google+, qu'il suivent la page correspondante. Un lecteur de les blogs n'a pas besoin de savoir ce que je publie à titre personnel dans ce machin. Mes blogs ne sont pas mentionnés dans ma page G+.

2. Ne fais pas la promotion de tes blogs dans Google+, les utilisateurs vont penser que tu ne fais que ça (et je veux bien parier que c'est le cas).

3. Profite du 1. et du 2. pour sortir de l'anonymat si tu es entré dans cette bête spirale. Pour ma part, je ne cache pas mon blase à mes potes blogueurs. Ils savent qu'ils doivent éviter d'utiliser mon vrai nom dans Twitter et dans les blogs.

4. Profite également de ces opérations pour ne pas recommencer la chasse à "l'influence". Même si tu nies l'avoir fait... On est tous contents quand notre nombre de followers augmente et on sait que le compteur de visites d'un blog n'est qu'un indicateur idiot qui varie en fonction des modifications d'algorithmes de Google+. Oublie tous ces petits trucs que tu as pris en bloguant, comme de suivre le nombre de RT. Soit tu blogues pour gagner de l'oseille et le seul indicateur valable est le blé que tu récupères. Soit tu blogues pour le fun et tu n'as pas besoin d'indicateur pour juger ton plaisir.

Mon paragraphe est trop long mais il ne faut pas que tu sois victime dans Google+ de tes tics de blogueurs.

5. En complément, arrête de te persuader que ce que tu fais dans tes blogs va intéresser obligatoirement tes potes des réseaux sociaux.

6. Ne fais aucune publication personnelle (à part des photos, bien classée dans des albums) dans ce truc. La vie privée est pour Facebook. La photo de ton entrecôte est pour Twitter ou Instagram.

7. Ne diffuse rien si tu ne lis pas toi-même les publications des autres.

7 autres conseils pour Google+

Dans mon blog geek, je donne des conseils pour aider les utilisateurs de Twitter et de Facebook et les blogueurs à revenir vers Google+.

J'ai oublié ou minimisé quelques aspects. Je résume : il ne faut pas prendre dans G+ les mêmes mauvaises habitudes qu'avec les deux autres (notamment suivre n'importe qui, publier n'importe quoi et faire la promotion de ses blogs). Il faut publier des choses susceptibles d'intéresser des gens et ne suivre que des gens qui publient réellement des choses intéressantes.

Je dirais en plus :

1. Fais une étanchéité complète entre ton activité de blogueur et ton activité de Googleplussien. Techniquement, la gestion multicompte de Google et les pages Google+ permettent très bien de le faire. Si un type veut savoir ce que fais Jegoun dans Google+, qu'il suivent la page correspondante. Un lecteur de les blogs n'a pas besoin de savoir ce que je publie à titre personnel dans ce machin. Mes blogs ne sont pas mentionnés dans ma page G+.

2. Ne fais pas la promotion de tes blogs dans Google+, les utilisateurs vont penser que tu ne fais que ça (et je veux bien parier que c'est le cas).

3. Profite du 1. et du 2. pour sortir de l'anonymat si tu es entré dans cette bête spirale. Pour ma part, je ne cache pas mon blase à mes potes blogueurs. Ils savent qu'ils doivent éviter d'utiliser mon vrai nom dans Twitter et dans les blogs.

4. Profite également de ces opérations pour ne pas recommencer la chasse à "l'influence". Même si tu nies l'avoir fait... On est tous contents quand notre nombre de followers augmente et on sait que le compteur de visites d'un blog n'est qu'un indicateur idiot qui varie en fonction des modifications d'algorithmes de Google+. Oublie tous ces petits trucs que tu as pris en bloguant, comme de suivre le nombre de RT. Soit tu blogues pour gagner de l'oseille et le seul indicateur valable est le blé que tu récupères. Soit tu blogues pour le fun et tu n'as pas besoin d'indicateur pour juger ton plaisir.

Mon paragraphe est trop long mais il ne faut pas que tu sois victime dans Google+ de tes tics de blogueurs.

5. En complément, arrête de te persuader que ce que tu fais dans tes blogs va intéresser obligatoirement tes potes des réseaux sociaux.

6. Ne fais aucune publication personnelle (à part des photos, bien classée dans des albums) dans ce truc. La vie privée est pour Facebook. La photo de ton entrecôte est pour Twitter ou Instagram.

7. Ne diffuse rien si tu ne lis pas toi-même les publications des autres.

LinkedIn matrimonial

On trouve tout...

mardi 29 janvier 2013

Gloire !

Anne Hidalgo veut être mon amie dans Foursquare et j'en suis tout honoré.

Je ne signale cela que parce que j'ai reçu le mail précisément au moment où je bouclais le billet que je n'ai pas eu le temps de faire ce matin ayant été happé par le travail. Je me préparais à écrire, à propos de voies sur berge, que la Mairie de Paris communique assez mal sur ce projet.

lundi 28 janvier 2013

Et un point Godwin, un !

Vous connaissez la loi de Godwin ? « La loi de Godwin provient d'un énoncé fait en 1990 par Mike Godwin relatif au réseau Usenet, et popularisée depuis sur Internet : « Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1.» » 

Y’a la Mauricette qui s’apprête à la vérifier chez Didier Goux : « Je me méfie toujours des gens qui affirment haut et fort qu’ils sont dans le bon camp. Le 30 septembre 1938, à leur retour de Munich, Daladier avait, lui aussi, le sentiment d’être du bon côté de l’histoire.
Ceux qui l’ont acclamé ce jour avaient peut-être des pancartes semblables.
»

dimanche 27 janvier 2013

Merci @rue89 !

Qui cite mon billet et le RT. Il n'empêche que je ne passe pas ma vie à la Comète. Il m'arrive de changer de bistro...



vendredi 25 janvier 2013

Vive les photos de bouffe dans Twitter

Twitter a sorti un nouveau machin pour diffuser des courtes vidéos, Vine. Je me disais, avec le camarade Xapur, qu’on allait se retrouver avec pas mal de nouvelles conneries dans Twitter. Déjà, avec Instagram et même Twitter en natif, on se retrouve avec des photos de n’importe quoi, des photos strictement sans intérêt.

Récemment, à deux reprises, j’ai eu des critiques par des Twittos du Front de Gauche, du genre : « De toute manière, @jegoun est vraiment nul, il diffuse des photos de ce qu’il va bouffer. »

Il me faut donc faire une réponse circonstanciée :

Dis-moi, connard ? Qu’est-ce que tu en as à foutre de ce que je peux faire de mon compte Twitter. Il faut que tu sois carrément tordu pour suivre un compte Twitter d’un type qui diffuse des photos de bouffe alors que tu n’aimes pas les photos de bouffe.

Tu te prends pour qui pour juger les autres à partir ce qu’ils font. Tu n’es vraiment qu’un sombre trou du cul mais la situation est franchement drôle : tu essaies de faire de la politique mais tu écris toi-même ce que les gens devraient faire. Tu t’estimes représentant du peuple mais tu ne le comprends pas. Tu ne gagneras jamais une élection.

Tu as raison ! Ca ne sert pas à grand-chose de diffuser une photo de bouffe mais tes tweets vengeurs de 140 caractères évoquant uniquement la politique sont tout aussi inutiles sauf qu’ils exaspèrent les gens qui n’en ont rien à cirer. Un réseau social est aussi un espace de loisir et je t’assure que les  gens préfèrent discuter avec moi de choses et d’autres que discuter de politique avec toi, sauf tes quelques copains que tes postures débiles vont peut-être vaguement impressionné.

Figure-toi mon canard que ça fera six ans en avril que j’ai ce compte Twitter et ce n’est pas un morveux excité qui va m’apprendre à utiliser ce truc. J’en suis à près de 115 000 tweets et 4400 abonnés, le tout en diffusant mes billets de blogs, en tweetant des conneries au comptoir et en diffusant des photos de bouffe.

Tu me prends pour un gros con, tu as bien raison et je te le rends bien. Mais moi, je ne te followe pas…

Chacun fait ce qu’il veut avec Twitter. Pour ma part, j’aime bien bloquer les connards.

jeudi 24 janvier 2013

Arrêt des éthylotests : ça s'arrose !

"Manuel Valls a annoncé aujourd'hui qu'il reportait "sine die" l'obligation d'avoir un éthylotest dans les voitures." (source) J'aime bien ce Gouvernement qui sait revenir sur une mesure complètement crétine. On ne va pas refaire toutes les polémiques liées au nombre d'éthylomachins nécessaires, leur efficacité, leur durée de vie, ...

Mais on peut rappeler la futilité d'un tel truc qui marque parfaitement la politique de cette droite que nous avons du supporter pendant cinq ans.

Si vous allez quelque part et que vous buvez de l'alcool alors que vous êtes venus en voiture, vous savez qu'il ne faut pas dépasser deux verres (trois ou quatre pour moi, vu ma légère surcharge pondérale relativement importante). De toute manière, il faut ramener la voiture. L'alcool rend euphorique et vous fait perdre la notion de risque. Vous espérez donc passer entre les contrôles. Vous n'avez pas besoin d'un machin qui vous indique quoi faire.

Un type normal, censé, ... sait non pas qu'il ne faut pas conduire quand on a bu mais qu'il ne faut pas boire quand on va conduire. Donc il ne boit pas.

S'il boit, il s'affranchira de toute raison.

Par ailleurs, le mec qui, par exemple, boit un coup de trop avec des collègues après le boulot va se sentir obligé de ramener sa voiture parce que, sinon, il sera obligé d'expliquer à sa femme pourquoi il ne ramène pas la voiture... (comme si sa femme ne le connaissait pas assez pour savoir qu'il boit).

L'éthylotest obligatoire était éminemment ridicule.


mardi 22 janvier 2013

Six débats pour le Mali

Dans cette histoire d'intervention au Mali, je crois qu'il y a six sujets de débats et qu'on a tendance à tout vouloir traiter en même temps.
- comment en est-on arrivés là ?
- l'intervention est-elle nécessaire ?
- l'intervention est-elle légitime ?
- que faire des islamistes et du Mali du nord ?
- et ensuite ?
- et l’Europe de la Défense ?

Je vous ai évité « Ne Mélenchon pas tout » comme titre de billet.

Comment en est-on arrivés là ?

Je ne sais pas. Je ne suis pas historien.

Chacun y va de sa version, depuis la décolonisation jusqu’à la montée de l’islamisme en passant par le conflit en Libye où les terroristes ont pu récupérer des armes. On pourrait remonter jusqu’à la colonisation ce qui ne nous rajeunit pas.

Je suppose qu’il y a toujours eu des guerres tribales ou autres machins depuis la création du monde.

L'intervention est-elle nécessaire ?

Je ne sais pas. Je ne suis pas stratège militaire.

Une très grande majorité pense qu’elle l’était pour éviter que les terroristes imposent la charia et tout ce qui va avec. Elle était même probablement urgente (la reprise de Bamako aurait été très sanglante, y compris pour les civils).

L’intervention est-elle légitime ?

Je ne sais pas. Je ne suis pas juriste.

Le débat est intéressant. S’inscrit-on dans le cadre de la résolution des Nations Unies ?

Quand je vais boire une bière, je ne vais au bistro dans le cadre d’une résolution des Nations Unies. Les terroristes n’agissent pas dans le cadre des Nations Unies. Les Maliens nous ont appelés à l’aide, on est passé. La question de la légitimité est-elle légitime ?

Que faire des islamistes et du Mali ?

Je ne sais pas. Je ne suis pas politicien.

A priori, j’aurais tendance à dire qu’il faut mettre en œuvre la résolution 2085 avec cette opération dirigée par des Africains. Ce n’est pas aux Français de continuer la chasse, a priori. Mais tant qu’on est là, si on peut libérer quelques villes pour que des forces diverses qui arrivent puissent, ensuite, en assurer la sécurité, ça fera moins de boulot pour les Africains de la résolution.

Et je ne sais pas où s’arrête la résolution des Nations Unies. Il ne faut pas, à mon avis, que la chasse aux terroristes se limite à chasser les gugusses du Mali pour qu’ils aillent foutre la merde ailleurs.

La résolution 2085 ne s’arrête pas à la chasse aux terroristes mais comprend également le rétablissement de la démocratie…

Et ensuite ?

Je ne sais pas. Je ne suis toujours pas politicien. Surtout, je ne suis absolument pas qualifié pour dire ce qui serait bien pour l’Afrique. Je ne sais pas si on a le droit de leur imposer notre vision d’une gouvernance : la démocratie.

Il faut les aider pour leur développement en arrêtant d’exploiter leurs ressources naturelles. Mais quitte à les exploiter, autant que ça soit nous que les Chinois…

J’aurais du être angélique, désolé.

Et l’Europe de la Défense ?

Je ne sais pas. Je ne suis toujours pas politicien.

Mais c’est une vraie question. L’Europe est-elle capable d’évoluer vers autre chose qu’un machin pour nous imposer la concurrence et le libéralisme… ?

lundi 21 janvier 2013

La cour d'école !

Attention Mesdames Messieurs ! Ne dites pas de mal de Jean-Luc Mélenchon (tapez sur Hollande à longueur de billets, vous pouvez par contre, hein !).

Là, c'est DPP qui s'y colle.

Beau niveau du débat politique !

J'attends toujours qu'un blogueur du Front de Gauche fasse un billet pour expliquer que François Hollande n'aurait pas du lancer cette intervention.

Les braves révolutionnaires de comptoir.

Faire des copies d'écran de réponse à un commentaires, sans mettre le commentaire en question ni la réponse ni la suite...

Beau courage. Belle mentalité. Après, ils vont nous sortir des chartes de bonne conduite...

Louis XVI : liste des messes

Alors que mes confrères Politeeks et Sarkofrance commémorent la décapitation de Louis XVI, j’ai le plaisir de vous communiquer la liste des messes qui sont organisées à sa mémoire, en ce 220ème anniversaire de ce triste jour du 21 janvier 1793.

Si je peux rendre service… Moi, je ne peux pas y aller, j’ai bistro.

Je me demande néanmoins si nos ancêtres n'étaient pas un peu des sauvages. Mais il parait que "c'était mieux avant"...

Vous devriez suivre la blogroll de Didier Goux, on y trouve aussi des royalistes...

Voilà la liste attendue (je me moque peut-être mais je mets la vraie liste, vous pouvez vérifier avec Google : je suis un blog serviable).

06 - Nice : Messe à la mémoire du Roi Louis XVI, célébrée selon le rite catholique traditionaliste de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X (Mgr Lefebvre), et le jour même de l'anniversaire de la mort du Roi (et non le dimanche le plus proche), lundi 21 janvier 2013 à 18 h 30, en l'Oratoire St Joseph, 18 rue Catherine Ségurane à Nice. Pour tout renseignement : Pierre Vailland : 06 64 42 26 37 

09 - Saint-Paul-de-Jarrat (Ariège) : 18h, église paroissiale.

13 - Marseille :
19h, Basilique du Sacré-Coeur, 81 avenue du Prado, 8ème. Messe célébrée par Monseigneur Jean-Pierre ELLUL. Avec chants grégoriens, orgues et chorale.
18h30, Eglise Saint Pie X, 44, rue Tapis Vert (1er).

14 - Caen : 18h30, Chapelle Saint Pie X.

16 - Roullet-Saint-Estèphe : 18h30, en l'église de Roullet.

17 - La Rochelle : 18h15, cathédrale Saint-Louis, Place de Verdun.

29 - Quimper : 18h45, en la cathédrale Saint-Corentin.

31 - Toulouse : 18h15, en l'église St Jérôme, 2 Rue du Lieutenant Colonel Pélissier.

33 - Bordeaux : 19h, Eglise saint-Bruno (tram ligne A).

34 - Montpellier: 18h, Chapelle des pénitents Bleus, rue des Étuves.

34 - Béziers : 18h, Église des Pénitents, rue du 4 Septembre.

34 - Fabrègues : 18h30, Prieuré Saint-François de Sales, 1 rue Neuve des Horts.

35 - Rennes : 19h, Chapelle Saint-François, 43, rue de Redon.

37 - Tours  : Église Saint Grégoire des Minimes : messe traditionnelle à la mémoire du Roi Louis XVI lundi soir à 18h.

38 - Grenoble : 18 h, Collégiale saint-André.

42 - Saint-Etienne : 19h, à la Chapelle St Bernard.

43 - Ceyssac : 18h30, en l'église (43000 – Le Puy-en-Velay).

54 - Nancy : 18h30, Chapelle du sacré-Coeur, 65 rue du Maréchal Oudinot.

59 - Lille : 19h, Chapelle Notre-Dame-de-la-Treille, 26 rue d'Angleterre.



65 - La messe à la mémoire du Roi Louis XVI sera célébrée le lundi 21 janvier à 18H30 à la chapelle Saint-Louis de la Cathédrale de Tarbes, place de la préfecture 65000 TARBES

66 - Perpignan : 18h30 au Prieuré du Christ-Roi, 113 avenue du Maréchal Joffre.

68 - Mulhouse : 19h30, en l'église Saint-Etienne.

69 - Lyon :  18h30, Église Saint-Denis de la Croix-rousse.

75 - Paris : * 12h15, Saint-Germain-l'Auxerrois. Messe célébrée à la demande de l’Oeillet Blanc par le Révérendissime Père Abbé de Kergonan, Dom Piron, en présence de Mgr le Comte de Paris et des princes de la Maison de France

18h, St Nicolas du Chardonnet (5ème).

76 - Dieppe (Seine-Maritime) : 9h30, église Saint Jacques.

77 - Fontainebleau : 18h45, Eglise du Carmel, 8 Bd. Général Leclerc (Fraternité St Pierre).

83 - Toulon : * 18h30, Paroisse Saint-François de Paule. Messe célébrée par Mgr. Rey, évêque de Fréjus-Toulon.

18h30, Eglise Sainte Philomene, 125 bd Grignan, Le Mourillon.

85 - La Gaubretière (Vendée) : 10h30, en la chapelle de Ramberge.

87 - Limoges : 11h15, Saiont-Michel-des-Lions.

93 - Saint-Denis : 12h00, en la Basilique Saint-Denis.

dimanche 20 janvier 2013

Twitter et ses tribunaux populaires

Remplis de machistes, en plus... On m'expliquera pourquoi je parlerais différemment aux hommes et aux femmes et pourquoi je me poserais la question du sexe d'un interlocuteur ?

Je pourrais détailler les raisons de la chose mais les cons (pardon, les connes) qui prétendent débattre du détail d'un de mes billets en 140 caractères ne m'intéresse pas.

Un con pareil, vous connaissez ?

Vive la profondeur de l'analyse politique !

mardi 15 janvier 2013

La petite annonce sexiste

Une petite annonce a été passée par le site de Pôle Emploi. "L'offre n'est plus en ligne. Celle-ci indiquait qu'un camping de Saint-Cast-le-Guildo, dans les Côtes d'Armor, était à la recherche d'un agent d'entretien pour un contrat de deux mois. «Nettoyage des locaux, nettoyage des locaux, repassage, entretien d'espace verts, etc.» À la fin de l'annonce, une précision: «Poste convenant davantage à une femme»." Nous apprends le Figaro. Il s'agit bien évidemment d'une erreur "d'inattention" de Pôle Emploi et ce n'est pas très grave...

Ce sont les justifications de l'employeur qui m'amusent : " «Oui, nous préférons embaucher une femme pour faire du ménage. Elles sont plus soigneuses, plus méticuleuses et plus sérieuses. Les femmes sont plus propres», affirme un membre de la direction au Figaro, ne «comprenant pas» qu'une telle annonce puisse choquer. «J'ai déjà embauché des hommes pour faire le ménage, et les sanitaires étaient dans un état catastrophique»"

Qu'en pensent nos amis féministes ?


mercredi 9 janvier 2013

Vive les chartes !

J"avais loupé ça ! Notre ami de Voie Militante a fait un billet pour "stigmatiser" les blogs proches du Gouvernement. Z'avez vu l'illustration de son billet ! "Un plan sur la Comète". Quel fin clin d'oeil !

Il utilise pour faire ce billet et estimer le nombre de visites d'un blog Alexa.com. Cliquez pour avoir les données pour mon blog politique. Le classement fourni est 23 000 et des brouettes (voir la deuxième illustration de ce billet). Voie Militante le met à plus de 74 000. 

A noter qu'il met l'Hérétique à 700 (chiffre réellement fournit par Alexa). Ca veut dire que ce blog serait le 700ème site Français. Gloire à lui ! Le blog de Jean-Luc Mélenchon n'est que le 3800ème.

Sarkofrance est devant mon blog politique avec un placement proche de 64 000. VM lui met 10 000 de plus. Pour en discuter parfois avec lui, je sais que le blog de Juan (les coulisses) a plus de visiteurs que le mien. VM fait également perdre 10 000 place à Politeeks.

La vérité est que Alexa est incapable, techniquement, de fournir les vrais chiffres de visites. Il est capable de comparer la fréquentation de gros sites (genre supérieur à un million de visiteurs par an). Techniquement, seul l'hébergeur d'un site peut connaître sa fréquentation. Au mieux, pour connaître la fréquentation d'un site, il faut installer un bout de code HTML ou autre dans le blog (beaucoup de blogueurs ajoutent des compteurs de visites et savent ce dont il s'agit).

Alexa n'a pas les moyens d'estimer les visites pour les petits sites. Peu importe : faire un billet avec ces données est de la supercherie. Surtout, diffuser des données fausses me semble malhonnête.

Mais profondément risible quand on sait que l'auteur voudrait faire une charte d'éthique pour les blogs...

N.B. : Alexa explique lui-même que son mode de calcul n'est pas fiable pour les sites ayant un "Alexa Traffic Rank" supérieur à 100 000. Celui de mon blog politique est de l'ordre de 600 000. Quand au site de l'Hérétique, il a exactement le même score que tous les blogs hébergés par Hautetfort, comme celui de ma copine Fiso.

mardi 8 janvier 2013

Les gens qui font une charte pour appeler au respect... Les gens...

À lire ici. Me voilà une racaille. J'adore leur charte pour le respect. Je vais néanmoins répondre à la question finale de notre ami Gauche de Combat : si on en parle, ce n'est pas par haine, mais parce que c'est à mourir de rire.

Après le billet de VM pour me chier dessus, ça ferait rire tout le monde si quelqu'un avait quelque chose à foutre de leur charte pour le respect.

Mais tant qu'ils nous font rigoler...

Je suis une racaille.

Des nouvelles des blogs

Guillaume relance son blog ! Trublyonne a refait la peinture du sien. Je suis très popote blog, ces temps-ci. La « chaîne de blogs » avec les blogs tenues par des femmes m’a permis de repérer trois oublis : j’ai été pendant des années abonné aux blogs de Zoé Lucifer et de Pensée de Ronde. J’ignore pourquoi ils ont disparu de mon reader. J’ai probablement fait une connerie lorsque j’ai transféré mes comptes mails.

Je me rappelle d’ailleurs d’autres blogs que je fréquentais mais j’ai oublié les noms. Sand ? Sandra ? (je mélangeais les deux).

Edit : Arg ! J'avais aussi oublié Gamongirls !

A part ça, les braves gens qui montent une charte pour exiger du respect dans les blogs font un billet me rentrer dans le lard, sans le moindre respect. Je vais répondre : je fais ce que je veux dans mes blogs. Surtout dans les deux où je parle souvent de politique. Je ne vais pas me laisser imposer des sujets par des staliniens du dimanche.

Olivier me signale un bon billet sur le blog des community managers de 20 minutes où ils expliquent comment ils bossent. Ce nouveau blog à l’air bien sympathique. J’ignore s’ils disposent d’une charte. Sur les conseils de ce blog, je vais m’y abonner.

Si j’étais un peu moins fainéant, j’aurais fait un billet avant Captain Haka. Après avoir évoqué le mariage pour tous et parlé de la participation à la manifestation, de dirigeants de droite, il nous dit : « Oui, un monde  stupéfait de voir ces gens apporter leur soutien bruyant à une petite cohorte de nantis, gavés et obsédés par leur nombril alors que la situation invite à plus de discrétion. Comment peut-on ainsi soutenir un ivrogne qui ridiculise son pays et sa profession en allant clamer devant le monde son adoration pour Poutine ? Bah ! » Moi, ce sont les propos de Jean-Pierre Raffarin qui m’ont offusqué (c’est une façon de parler…). Ce matin, il affirmait que François Hollande risquait de diviser le peuple avec cette histoire de mariage pour tous en refusant en débat alors que ce sont les dirigeants de droite qui soufflent sur les braises.

D’un autre côté, il a dit à propos de Nicolas Sarkozy : « Et il y a eu une stratégie qu’on a appelé la stratégie du clivage qui s’est appuyée sur une vision de droitisation de la société française et moi personnellement, je préfère les stratégies de rassemblement à la stratégie du clivage. Il était tout prêt de la victoire. Je pense qu’un positionnement un peu plus rassembleur aurait pu permettre la victoire. »

Bembelly fait un nouvel édito sur Médiavox. Z’avez qu’à lire.

Un nouveau site d’information va être lancé en septembre par Denis Robert. Je leur souhaite bien du courage.

Intrigation diffuse une vidéo que je regarderai au bistro ce soir. C’est une manie chez moi.

Un peu de douceur dans ce monde de brutes


C'est aussi pour tomber sur ce genre de trucs que j'aime bien Google+...

lundi 7 janvier 2013

Retour sur le week end

« Le fond de tout ceci c'est que tu détestes avoir tort et être contesté. » C’est une des nombreuses gentillesses que j’ai eu le droit de la part d’un camarade journaliste et blogueur, dans les commentaires de mon billet d’hier. S’il n’avait pas porté l’affaire dans Twitter, j’aurais peut-être oublié. J’aurais aussi oublié, aussi, si je n’avais pas beaucoup réfléchi à l’évolution de la blogosphère, ces derniers temps.

« Je trouve que tu t'entêtes ? Tu fais une demi-douzaine de billets alors qu'un simple "désolé, ok, il n’était pas journaliste" aurait suffi. Tu transformes ça en affaire d'état. » m’a-t-il dit dans un autre commentaire.

Alors je l’ai envoyé chier.

Et ça aussi : « Je regrette d'avoir perdu mon temps avec toi qui considère qu’au delà de deux réponses dans un débat tu es harcelé ». Ce n’est pas deux réponses mais dix. Si ça avait intérêt, vous pourriez compter. Il y a également un commentaire à un billet de mon blog geek où je parlais des trolls, vendredi (et où il revient à la charge ce matin).

************************************

J’avais commencé à préparer ce billet, ce matin, mais l’heure a tourné, je suis passé à autre chose et puis j’ai fait un autre billet, à midi, à propos des copines blogueuses. Et j’ai retrouvé ce truc que j’avais enregistré. Je supprime la dernière phrase, corrige la partie où je donne son pseudo (ce n’est pas une affaire personnelle) et je recommence pour mon blog annexe…

************************************

J’insiste sur les 10. Ils sont vérifiables, en deux ou trois billets de mon blog politique, ce week-end et un commentaire de mon blog geek. Et ce ne sont pas les derniers, juste les 10 avant que je devienne grossier (et encore…).

Je rappelle le contexte : vendredi, un type, au bistro, devient odieux, insulte tout le monde et dit au serveur, à un moment (et de mémoire) : « je suis journaliste au Parisien, tu es une merde. » Je prends ça en vidéo et je la mets dans mon blog. L’affaire buzz. On apprend après que le type n’est pas journaliste au Parisien et probablement pas journaliste du tout. Mon interlocuteur me reproche d’avoir fait croire qu’il était journaliste dans le texte du billet.

Il pense que j’ai eu tort. Moi pas. J’ai fait le billet vite fait à minuit, je n’ai pas pensé que ce point pouvait susciter une polémique.

Dans cette histoire, finalement, peu importe que j’aie tort ou raison. Mon interlocuteur pense que j’ai tort. Il a le droit de penser ainsi. Il a le droit de le dire. Ce qui me chagrine c’est qu’il est persuadé que je sais avoir tort alors que c’est faux.

Dans mon billet sur les trolls, je disais que les trolls libéraux étaient pugnaces. Je suppose que mon interlocuteur est libéral.

Surtout, la semaine dernière, j’ai fait un billet titré « un peu de respect, bordel ». Je suppose qu’il ne l’a pas lu. J’y insistais sur l’importance de ne pas se mettre dans le cerveau de l’autre car c’est faire une erreur grave, se tromper soi-même et baser des raisonnements sur des choses fausses.

C’est exactement ce que fait mon interlocuteur et ça m’énerve.

« Le fond de tout ceci c'est que tu détestes avoir tort et être contesté. » : non, je ne déteste pas être contesté. C’est une des caractéristiques des trolls libéraux : ils se fâchent toujours quand ils n’arrivent pas à convaincre leurs interlocuteurs.

« Je trouve que tu t'entêtes ? Tu fais une demi-douzaine de billets alors qu'un simple "désolé, ok, il n’était pas journaliste" aurait suffi. Tu transformes ça en affaire d'état. » Dire que j’en fais une affaire d’état au dixième commentaire…

Dix commentaires où j’étais mis sur la défensive, acculé, accusé…

Oui. J’apporte de l’importance à certains faits. Un billet qui buzze avec la vidéo de quelqu’un ne m’était jamais arrivé. Me trouver sous les feux de journalistes connus dans Twitter non plus. Me faire insulter dans Twitter par des gens que je ne connais m’était déjà arrivé pas de cette manière aussi abjecte.

« Tu fais une demi-douzaine de billets alors qu'un simple "désolé, ok, il n’était pas journaliste" aurait suffi. » Ah ! C’est nouveau ? Dès que j’ai su qu’il n’était pas journaliste, j’ai ajouté en gras et en rouge une phrase dans mon billet pour le dire et j’en ai fait d’autres billets.

Que je présente des excuses, je veux bien. Je suis un spécialiste. Mais je ne sais pas sur quoi.

J’étais persuadé que le type était réellement journaliste au moment où j’ai fait mon billet. Je n’avais aucune raison de croire que ce n’était pas vrai. Les gens me disent dans Twitter et mes commentaires qu’il ne faut jamais croire les mecs bourrés. Or, je suis probablement le mec qui rencontre le plus de mecs bourrés dans la blogosphère (à part les serveurs, les patrons de bistro voire les policiers, les pompiers, ceux qui bossent dans les hôpitaux,…). Je maintiens que je n’avais aucune raison de ne pas le croire.

On me dit que j’aurais du vérifier. Comment ? Je lui demande ma carte de presse ?

On me dit aussi que plutôt que de filmer, j’aurais du intervenir. A quel titre ? Pour l’exciter encore plus. La seule règle dans ce cas est de laisser le patron gérer. Dans la vidéo, on m’entendait engueuler Ramdane : c’est parce qu’il voulait intervenir. Il ne faut pas laisser la possibilité à la situation de se dégénérer.

Les yakafokon me fatiguent.

J’ai deux ou trois blogs où je parle de mes bistros de Bicêtre, de ces personnages qui peuplent mon quotidien. J’ai diffusé une vidéo, cette fois, dans la logique de beaucoup de mes billets.

Je n’aurais pas du dire dans le titre qu’il était du Parisien. Je ne l’ai dit ailleurs. Je n’ai dit dans mon billet que ce qu’il fallait pour comprendre la scène et pourquoi je diffusais le billet dans ce blog.

C’est tout.


dimanche 6 janvier 2013

@edwyplenel n'a-t-il pas de famille ?

Il tweete même le dimanche...

Le Twittos fou !

Ce lascar harcèle un copain (et moi à l'occasion). Quel con ! C'est, de mémoire, @auphildutemps. Déclarez donc le en spam que nous passions tous pour des nazis nauséabonds, James Bonds.

samedi 5 janvier 2013

Ah ! Un procès !

Les Twittos sont vraiment des cons. En voilà un qui me fait un procès en délation en me "délationnant". Quel con !

Le trou du cul du jour

J'ai relevé plein de tweets aujourd'hui. C'est un bonheur ! Les blogueurs vont pouvoir de foutre de la gueule des journalistes qui chient dans leur culotte. Le monde évolue et on ne sait pas comment va évoluée leur métier. J'en ferai un billet sur le blog politique.

Mais d'ici là, je vais relayer un des pires crétins.

vendredi 4 janvier 2013

jeudi 3 janvier 2013

Free veut tuer le net ?

Cette information, pourtant en une de Google News m'avait échappé. Free a modifié sa box pour bloquer les publicité Google. Belle bataille entre monstres mais free oublie la neutralité du net : votre opérateur qui définit ce qui peut passer chez vous.

N'en chions pas une pendule : vous pourrez refuser d'activer l'option chez vous. D'un autre côté, si mon opérateur me propose de bloquer la pub, je ne vois pas pourquoi je refuserais. Compliqué, tout ça. Il est probable que les représailles de Google seront terribles et on va bien rigoler. Tiens ! Imaginons que Google coupe l'accès à son moteur de recherche pour les abonnés de free. J'attends avec impatience les réactions d'un bord comme de l'autre.

Dans l'attente, chers abonnés Free, tous les services dont vous bénéficiez gratuitement vont disparaître parce que votre opérateur leur coupe leur seule source de financement : la publicité.

Les cons sont fascinants !


Ce con de Fredi M. est amusant. Il poste plusieurs fois le même commentaire dans mon blog politique en espérant qu'il finisse par passer alors que je le déclare systématiquement en spam. Blogger finira pas le repérer et déclarer son adresse IP interdite sur les blogs de cette honorable maison.

J'encourage donc mes aimables confrères blogueurs à qui Fredi M casse prodigieusement les burnes à déclarer cet abruti en spam, également, afin d'accélérer le processus que l'on soit enfin débarrasser du commentateur le plus con que le blogosphère ait inventé. 

Cela étant, ce billet est parfaitement sérieux : j'ai fait une série de billets sur l'avenir de la blogosphère politique en France, ici comme sur mon blog politique. Il sera intéressant de réfléchir aussi sur la manière de se débarrasser des morveux qui tentent de la tuer.

Je vais laisser les commentaires ouverts, ici, afin que vous puissiez juger de la manière avec laquelle il continue à se rendre ridicule. De toute manière, je pourrais les effacer demain avant le réveil de mes lecteurs...

L'évolution du web politique

Nul ne sait comment évoluera la politique sur le web au cours des prochaines années. Tout ce qu'on peut constater c'est une différence de positionnement entre la gauche et la droite d'une part et l'évolution de la presse traditionnelle vers le web d'autre part parce que tout le monde sait que la presse politique papier est condamnée : c'est plus facile de lire un journal sur une tablette tactile... En outre, Twitter a provoqué beaucoup de changement dans "notre petit monde d'observateurs".

Que vont devenir les fournisseurs de "contenus militants" ?

Au fond, mes lecteurs le savent, je suis plus intéressé par les blogs que par la politique. D’ailleurs, mon blog politique s’en ressent : je fais plus de billets à propos des blogs que de la politique. Et parfois, je fais semblant de faire un billet politique. Ce matin, j’ai fait un billet pour défendre la tenue vestimentaire de François Hollande uniquement pour voir dans quelle direction allaient les commentaires. Cela n’a pas loupé : des twittos de droite n’ont pas loupé de « s’indigner » sur le thème : « Il est prêt à aller jusqu’à où pour défendre François Hollande. »

Ils n’ont pas vu, d’une part, que mon billet était strictement humoristique et, d’autre part,…

Heu… Si mon billet était sérieux, il faut quand même bien dire que François Hollande n’est pas assez inélégant pour ne pas faire Président de la République et que la majorité des Français, dont moi, se foutent totalement d’une cravate de travers. Du coup, il y en a un qui a même avoué fouiller dans mes archives pour trouver tout le mal que je pouvais avoir dit à propos de Nicolas Sarkozy, à un niveau physique. Pas de bol, ils rentrent vierge et auraient du lire mon billet de la veille où j’appelle à un peu de respect dans les blogs et où je rappelle que je n’ai jamais critiqué Nicolas Sarkozy sur son physique.

Peu importe cette anecdote. Il n’est pas difficile d’observer que le débat politique dans la blogosphère a bien été transformé depuis quelques temps. Comme je suis avant tout blogueur, ça me préoccupe.

Première partie : où mes copains blogueurs sont préoccupés

FalconHill tirait récemment un sombre bilan de son année 2012 de blogage. Je l’ai largement repris dans mon blog politique. Marco le reprend également ce matin : « Je comprends le sentiment désabusé du Faucon, renforcé par le fait que ses idées et ses souhaits pour la société soient maintenant relégués au second plan alors qu’elles sont incontestablement empreintes d’humanisme et de bon sens. Je serai très déçu s’il renonçait. » « Et je partage avec lui la perte de cet esprit de famille qu’était la blogosphère dans son ensemble. »

Je ne suis pas sûr que Marco ait totalement raison. Le Faucon est un copain. Je ne suis pas son porte parole mais je crois pouvoir dire que « ses idées et ses souhaits pour la société » n’étaient pas portés par l’UMP et « la Sarkozie ». Ils ne sont donc pas « maintenant relégués au second plan ». Je ne sais plus quel commentateur disait chez moi que la droite française est morte au niveau de la représentation politique. Néanmoins, Marco a raison sur un point : la gauche étant maintenant au pouvoir, ce sont maintenant les idées de gauche qui font débat.

Deuxième partie : où les blogs de droite sont nuls

La gauche est au pouvoir mais les blogs de gauche restent ultra dominants (voir l’article du Monde de l’autre jour) et il n’y a aucune raison que ça change alors qu’on aurait pu l’espérer. C’était un peu l’idée d’un de mes récents billets du blog politique. Je vais le résumer : les blogs de droite sont peu nombreux et ils ne mènent pas un vrai débat idéologique qu’ils soient d’opposition aux projets de la gauche ou de préparation d’un projet politique pour la droite.

Je ne vais pas refaire un billet à propos des blogs politiques de droite mais je vais prendre un extrait légèrement corrigé d’un billet récent d’un blog de droite (que je ne cite pas parce que je ne veux pas avoir l’impression de dénoncer, ce n’est pas mon souhait) qui reprend un de ses propres billets d’avril 2012, avant l’élection. Un blogueur politique de droite nous explique que « d'après un rapport validé par la Cour des Comptes, la moitié de l’augmentation du déficit public sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy était due à un endettement antérieur. » Un blogueur politique de gauche mettra cinq minutes à démontrer que, d’une part, la dette a aussi augmenté sous des gouvernements de droite antérieurs et que, d’autre part, la dette augmente de manière à peu près continue depuis une loi libérale faite par la droite en 1973.

Ce billet de blog – et plus précisément cet extrait – est totalement inutile. Pour un motif quelconque (de son choix, que je ne contestais pas), un blogueur de droite ressort un argument erroné qu’il sortait avant l’élection pour défendre Nicolas Sarkozy. Quel intérêt ? Ce blogueur met en avant les erreurs de la droite et tout ce qui aboutit à son échec (en tant que blogueur de gauche, j’aurais tendance à être beaucoup plus méchant, mais, dans ce billet, je ne serais pas dans mon rôle).

Troisième partie : où les blogs de droite n’ont pas de contenu

Vous pouvez prendre n’importe quel blog de droite, en dehors des « purs réacs » et des « purs libéraux », soit des blogs susceptibles de soutenir réellement l’UMP… Vous trouverez des contenus rigolos, des critiques de forme sur le Gouvernement et le Président mais aucun contenu réellement politique depuis des mois.

J’en connais qui vont dire : nananère, vous à gauche, c’est pareil.

Je vais démontrer le contraire mais si ça vous gonfle, sautez directement à la conclusion de la troisième partie.

Je vais prendre des exemples au hasard. Le premier, moi. Le 20 décembre, un billet complet et argumenté sur la réforme bancaire qui en suivait un premier. Aucun des deux n’est réellement pro-gouvernement et ne va dans la tendance gauchiste à la mode. Un billet le 19, hors actualité, à propos de l’aménagement du territoire et de la Défense. Le 18, je faisais un billet à propos de la réforme des retraites. Le 13, un billet à propos du Grand Paris juste après un billet à propos de la fracture numérique. Le 12, un billet sur la sociologie électorale. Au mois de décembre, mois de faible actualité politique, il y a chez moi 6 billets (je supprime celui sur la sociologie électorale) avec du débat de fond (j’ai fait d’autres billets de fond mais qui ne portent pas sur la politique et d’autres billets qui pourraient être catégorisées de politique politicienne). Voyons mes confrères. Je passe les illustre Seb Musset et Romain Blachier qui sont des gros bosseurs (mais je n’ai pas accès leurs blogs) tout comme Sarkofrance (son annexe est un blog d’humeur alors que je fais tout sur le mien et son blog principal est une chronique du quotidien). Je passe aussi les blogs de nos amis du Front de Gauche qui ont un vrai contenu idéologique (mais j’ai la flemme de les relire). J’en arrive à Politeeks, attention, ça va charger la barque. Le 29 décembre, un billet expliquant pourquoi il faut revenir à l’imposition de 2000. Le 28, les réquisitions de logement. Le 27, un billet de fond antilibéral. Un billet de fond à propos du NAIRU (j’avais oublié ce truc là alors qu’il rebondit sur un de mes vieux billets…), le 26. Le 18 (j’ai sauté plusieurs jours, faut pas déconner non plus, je ne vais pas faire croire qu’il bosse plus que moi), un billet de fond pour critiquer la politique de François Hollande et un billet complet sur la fraude fiscale. Un billet complet sur la pauvreté le 13. Un billet de fond sur l’Education Nationale, le 9. Un billet pro gaz de Schiste (donc pas dans la tendance gauchisante…), le 7. Un billet détaillé sur Mittal, le 6. Le 4, un billet à propos du tunnel Lyon Turin (dans mes billets je n’ai pas comptabilisé celui de réponse que je lui ai fait, comme nous ne sommes pas d’accord, j’aurais du). Le 1er, un autre billet sur Mittal. Soit 12 billets, plus 6 chez moi. J’en arrive à Melclalex… Le 21, un billet sur la réforme bancaire et les promesses de Hollande. Le 7, un billet de comparaison Dexia vs. Veolia. Le 6, un autre billet à propos de Mittal. Trois billets en plus à ma liste (c’est un mois où il a beaucoup plus collé à l’actualité – le mariage pour tous, Mittal – et son soutien à Montebourg que sur les sujets de fonds comme il le fait habituellement, comme en novembre avec son long billet pour relater sa rencontre avec Mosco). Si je compte bien, ça nous fait 21 billets dont une partie qui va à l’encontre du Gouvernement ou n’a rien à voir avec l’actualité politique immédiate. 21 billets travaillés avec du fond politique, le tout dans trois blogs « en vue » (sachant que je n’ai pas pris en compte les trois plus gros auxquels je suis abonnés : Seb, Romain et Sarkofrance).

J’en reviens donc à mon billet. J’en étais à : « J’en connais qui vont dire : nananère, vous à gauche, c’est pareil. » Trouvez-moi dans la blogosphère de droite non purement libérale vingt billets de blogs avec un tel fond politique qui dépasse le stade « la cravate d’Hollande est de travers » ou « Depardieu est maintenant Russe à cause des communistes français » dans des blogs qui dépassent 100 ou 200 visiteurs par jour mais tenus par des gens qui ne sont pas cadres du parti. Je reviendrais à ce seuil de nombre de visiteurs plus tard si je pense.

Conclusion de la troisième partie et de la deuxième tant que j’y suis.

Les blogs de gauche et les blogs de droite sont bien différents. Les blogs de droite n’arrivent pas à produire du contenu qui dépasse le point de vue du blogueur sur tel ou tel sujet plus ou moins d’actualité.

N’y voyez pas une méchanceté de ma part. L’UMP a été dans l’incapacité pendant cinq ans de produire du contenu idéologique. Le Gouvernement précédent est revenu sur des mesures qu’il avait prises, il n’y a aucune lisibilité. Les blogs libéraux, eux, offrent un vrai contenu mais sont minoritaires et renient tout rapprochement avec l’UMP car l’UMP a montré qu’elle n’était capable que d’une politique interventionniste.

Par contre, la gauche a mené de nombreux débats depuis 2007 et les blogueurs de gauche ont été bien entraînés aux débats (le congrès de Reims, les machins internes au PS de Titine, les primaires… jusqu’à la « bataille » PS – FdG pour la Présidentielle et les législatives). En outre, étant cinq ans dans l’opposition, c’était assez facile de faire des billets argumentés et documentés sur beaucoup de sujets.

Quatrième partie avec la cartographie de la « politosphère »

Alors que les blogs de gauche, qu’ils soient plus ou moins proches ou éloigné du Gouvernement sont bien présents depuis « toujours », ne serait-ce que parce qu’il est beaucoup plus simple d’être dans l’opposition mais aussi parce que le type de gauche a probablement plus l’esprit « militant » et aime bien les débats internes.

Les blogs autour de l’UMP sont presque absents mais ils commencent à revivre un peu : ils sont dans l’opposition. Néanmoins, sur le Web, la droite est surtout présente via des machines comme Atlantico ou Opposition Républicaine (pour ne citer qu’eux, mais on pourrait ajouter Le Figaro qui, contrairement à ses homologues de gauche, a une ligne politique fidèle à une organisation politique).

Les autres composantes de la droite, à savoir les libéraux et la droite de la droite sont plus présents sur les blogs que l’UMP mais ont aussi des gros sites tels que, respectivement, Contrepoints et Fdesouche.

La gauche n’a pas l’équivalent de Atlantico, Opposition Républicaine, Contrepoints et Fdesouche (il me semble que j’en oublie un). Il y a bien des pureplayers plus ou moins à gauche et des gros agrégateurs mais ce ne sont pas des machines militantes comme les quatre que j’ai cité.

Conclusion de la quatrième partie que l’on cumule avec les précédentes

 Les physionomies du web à droite et à gauche sont radicalement différentes. A gauche nous avons des blogs militants et à droite des gros sites web d’information politique engagés.

Le journaliste qui est un peu couillon ne voit pas cette différence.

Il parlera de blogs pour tout.

Cinquième partie : où la sortie du classement Ebuzzing est importante

Si une brochette de plus ou moins gros blogueurs est sortie du seul classement de blog (mais aussi site d’information basé sur les blogs), c’est bien parce qu’il entretenait une confusion entre les blogs et les sites d’information.

Contrairement à ce que certains ont pensé, ce n’est pas un coup de colère.

Ebuzzing, pour des raisons qui lui sont propres et qu’il ne m’appartient pas de discuter à profondément modifié la cartographie du web politique. Nous ne nous en rendons compte que maintenant mais il est probable que l’évolution dure depuis longtemps, probablement fin 2010 ou début 2011 : il suffit de modifier discrètement les algorithmes… Les blogueurs ne peuvent pas lutter pour augmenter leurs nombres de « like » ou de « RT ». Seuls des professionnels pouvaient le faire.

Sixième partie : où il n’y pas que ça, quand même.

Je n’ai pas la prétention de décrire toutes les évolutions de la blogosphère politique. On a par exemple un certains nombre de confrères blogueurs de gauche qui se sont lassés ou qui n’ont pas su trouver leurs repères dans l’opposition. Les blogueurs de gauche avaient, auparavant, une cible commune : Sarkozy et l’UMP. Maintenant, ils sont beaucoup plus divisés.

Surtout, les deux dernières années ont été particulièrement éprouvantes.

Septième partie : où je retrouve FalconHill et Marco

Je citais Marco qui parlait de FalconHill en début de billet. « Et je partage avec lui la perte de cet esprit de famille qu’était la blogosphère dans son ensemble. » Je pourrais faire trois pages pour argumenter mais il me semble que mon billet est assez long et j’ai bistro.

Toutes les mutations de la blogosphère ont fait que l’esprit des blogs a changé.

Je vais citer quelques exemples :
-         des copains sont partis ou ont ralenti et nous avons eu la flemme de continuer à partir à la découverte d’autres blogs,
-         des visiteurs « venus d’ailleurs » sont arrivés. Alors qu’auparavant l’essentiel des commentaires de mon blog politique venaient d’autres blogueurs, souvent des copains, ils viennent maintenant de je ne sais où, ils sont hargneux (ils n’ont pas compris la différence entre les blogs et les sites d’information où ils avaient l’habitude de ronchonner dans les commentaires),
-         nous-mêmes sommes lassés.

C’est important. Prenons un type au hasard : moi. J’ai été pendant trois ou quatre ans number one du bazar. J’ai vite compris que ça ne servait pas à rien si ce n’est à me qualifier de gros blog. Ca lasse. Alors je continue à aller avec autant d’appétit vers mes copains blogueurs mais j’arrête d’aller encourager des glandus inconnus pour qu’ils me refilent des liens pour monter dans les classements. Ne répétez à personne cette dernière phrase. C’est un secret. La conséquence est que je ne m’ouvre plus autant qu’avant vers d’autres blogs.

Aparté : A propos des blogs UMP sans contenu, je parlais de ceux « qui dépassent 100 ou 200 visiteurs par jour » et j’avais promis d’y revenir. Je disais que les blogs ont peu de visibilité, surtout à droite où ils sont « recouverts » par les quatre gros sites dont je parlais. A gauche, nous avions de la visibilité « grâce au Wikio » et le copinage aidant, nous pouvions envoyer et promouvoir des petits blogs. Ainsi, nous pouvions donner ne serait-ce que l’illusion d’une influence. Un petit blog militant de droite a beaucoup moins d’espoir d’avoir de la visibilité… Il est facile de produire du bon contenu mais, pour le faire connaître dans les blogs, il faut faire du réseautage social. C’est l’essence du blogage ! Le blog politique qui se veut être une tribune politique et qui reste avec peu de visiteurs ne reste qu’une tribune, ce qui ne retire rien à sa qualité et à son statut de blogs. J’espère que je me suis bien fait comprendre…

Conclusion :

Nous avons quatre défis majeurs, sur l’internet.

Je me fous du premier : les blogueurs UMP auraient intérêt à se bouger le cul s’ils veulent exister.

Le deuxième : faire en sorte que le contenu « de fond et de qualité » qu’on sait produire dans nos blogs de gauche (en moyenne un ou deux billet par semaine ?) soit plus visible que les trucs bidon qui ne valent pas l’éditorial d’un journal local.

Le troisième : faire en sorte que le web de gauche soit plus visible que le web de droite qui dispose de médias industriels tels que Contrepoints, Atlantico, Fdesouche et Opposition Républicaine.

Le quatrième, le plus important : retrouver le plaisir de bloguer, ce qui ne peut se faire que dans le réseautage social plus que dans le militantisme. Retrouver le blogage avec les copains.

mercredi 2 janvier 2013

Les gens paumés dans Twitter

Je n'en finir par être estomaqué par les gens qui unfollowent mon compte Twitter. #lesgens. Voilà un lascar qui fait visiblement la course aux abonnés et qui ne se pose même pas la question de savoir s'il intéresse quelqu'un.

Les excités de Twitter !

Je progresse : j'ai réussi à masquer le nom avec mon iPhone.


Profils Google et Blogger : des évolutions en 2013 ?

Dans mon blog Geek, je fais un billet de rentrée en disant ce que je souhaite comme évolution de Google au cours de 2013. Bien que le présent blog soit un véritable foutoir savamment désorganisé, il n’aura pas échappé à mes fidèles lecteurs auxquels je souhaite une bonne année que la question de l’anonymat et de l’identité que j’utilise pour bloguer est une source de préoccupation pour moi.

Il ne s’agit pas d’un attachement à mon anonymat mais d’une part, de noyer le poisson, et d’autre part de signer simplement les commentaires avec mon prénom et pas avec mon identité réelle utilisée par Google+.

Noyer le poisson ? Je ne veux pas que mon profil Google+ fasse référence à mes blogs puisque j’entretiens aussi des relations avec des contacts professionnels via Gmail. Par contre, il faut que quand un blogueur clique sur mon nom en signature, il puisse obtenir la liste de mes blogs.

Le besoin est exprimé. Je m’en tire par différents biais mais il y a un tas de défauts que je vais exprimer ci-après.

La solution

Petit 1 : quand les comptes Google+ et Blogger sont fusionnés, il doit être possible, pour le blogger, de choisir au moment de signer un commentaire s’il doit le faire avec le profil Google+ ou le profil Blogger.

Petit 2 : le dernier moyen utilisé pour signer doit être mémorisé (blog par blog serait la cerise sur le gâteau).

Le palliatif

Pour contourner les difficultés principales, j’ai « créé » un compte Blogger supplémentaire, pas rattaché à mon compte Google+ (je mets des guillemets à « créé » parce que cela ne s’est pas faite en une étape). Ce compte Blogger a été créé à partir d’un compte mail distinct (un compte Google Apps) de mon compte principal (ce qui permet à mon compte principal de ne pas avoir les messages liés aux blogs, autre exigence que je n’ai pas formulée ici).

Ce compte est le compte par défaut dans mon Firefox. Ainsi quand je me connecte aux blogs Blogger (pas multicompte), j’ai directement la bonne signature.

Cela fonctionne très bien en utilisation courante. J’ai basculé mon Google Reader vers ce compte, comme ça, je n’ai aucun problème.

Les défauts du palliatif

Tout d’abord c’est un bordel sans nom, comment voulez-vous que je me rappelle de tout ? Et comment voulez-vous qu’un type qui ne soit pas un peu geek réussisse à établir un tel machin (j’ai quand même galéré pendant plusieurs mois…).

Le principal défaut tourne autour de la nécessité d’avoir un compte par défaut différent du compte principal. Par exemple, quand je consulte un truc sur internet, pour le partager, je ne peux pas me contenter de cliquer sur « +1 », il faut que j’aille dans le Google+ associé à mon compte principal.

Hors, je rappelle que je ne peux pas avoir le compte principal comme compte par défaut pour pouvoir continuer à signer les blogs avec l’autre compte.

Quand je me connecte à d’autres applications Google, notamment Google Groupes, je suis obligé de changer de compte ce qui n’est pas vraiment un problème. C’est juste chiant. C’est pour ça que j’ai rapatrié mon compte Google Reader sur le compte par défaut. Par contre, je ne veux pas changer de compte pour les Groupes auxquels je suis inscrit.

Par contre, d’autres applications Google ne sont pas en multicompte. Pour m’y connecter, je suis donc obligé de changer de compte par défaut. Je ne le fais pas tous les jours mais c’est très chiant puisque ça provoque une déconnexion de tous les comptes et une perte des machins enregistrés.

Je ne le fais pas tous les jours, disais-je, mais je devrais, pour des détails. Par exemple, hier, des tas de copains blogueurs ont fait des billets pour souhaiter les vœux, j’aurais trouvé plus sympa d’aller y répondre avec mon compte personnel plutôt qu’avec mon compte de blogueur…

Mais je suis chiant.

Enfin, comme je me connecte avec un profil Blogger pour utiliser Blogger, je ne peux pas disposer des options de publication automatiques dans Google+.

A noter que, à la maison, je détourne tous ces défauts en utilisant deux navigateurs, Chrome et Firefox. Je ne peux pas le faire partout et c'est amusant de devoir utiliser un navigateur par Google pour profiter pleinement des options de Google.

Je ne peux pas le faire partout et surtout pas sur l'iPhone, ça serait trop chiant (les leftblogs sont ainsi informés de la raison qui m'empêche à ne jamais faire de manipulation sur le Google Groupe quand je n'ai que l'iPhone). Et la moitié de mon activité de blogueur est sur iPhone.