samedi 13 juillet 2013

Le problème

Après la lecture du billet d’Authueil et celui de FalconHill, je suis allé faire un tour sur les comptes Twitter de types de droite que je connais. Ils semblent très préoccupés par des bandes de jeunes connards qui auraient été là pour détrousser les cadavres et les victimes. Le ministre des transports a fait le point, ce matin.

« Le ministre a fait état d'"actes isolés", d'"une personne interpellée", d'"une tentative de vol de portable" au préjudice d'un secouriste, de "pompiers qui, par petits groupes, ont été accueillis de façon un peu rude". Mais de "véritables actes commis en bande, non", a dit le ministre qui a ajouté qu'"à (sa) connaissance", il n'y avait pas eu "de victimes dépouillées". »

La rumeur est montée très vite, hier soir, et continue à se propager, ce matin, dans Twitter (voir Edouard, dans l'illustration). Le problème est qu’il n’y a quasiment aucune source. On nous dit que des bandes de jeunes auraient fait semblant de vouloir secourir des victimes pour les détrousser.

Peut-être faudrait-t-il rester zen, ce matin, même si je disais dans le blog politique, ce matin, qu’il faut remettre la polémique… Elle est lancée.

Ce qu’a montré la grave catastrophe d’hier est qu’il y a un problème d’entretien du réseau ou du matériel à la SNCF (ou à RFF) pas qu’il y a un problème de bandes de jeunes.


Et il ne faudrait pas l’oublier. 

Dis mois, Edouard, c'est quoi ce pays où l'on ne peut pas circuler en sécurité parce qu'après 10 ans de droite, le service public n'a pas les moyens d'entretenir son réseau ? Plutôt que de faire une fixation sur un événement dont on n'a aucune confirmation, tu ne pourrais pas te préoccuper de la réalité ?

9 commentaires:

  1. Authueil est évidemment à côté de la plaque, dans la mesure où il refuse d'envisager l'innommable (au sens propre : ce qui ne peut ni ne doit être nommé), et qu'il est donc contraint de se contorsionner avec sa misère sociale, son exclusion, etc.

    Pour le reste, la "polémique" comme vous dites, il semble bien que les faits de détroussage et de pillage aient bel et bien eu lieu (Koltchak a recueilli les témoignages de ses collègues qui se trouvaient sur place hier soir : je lui ai vivement conseillé d'en faire un billet.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le complot ! Je vous ai connu plus sérieux. Quand nous autres étions dans l'opposition et accusions le gouvernement.

      Supprimer
  2. Quant à votre ministre, il dit ce que la parole officielle et admise lui permet, et même lui ordonne, de dire. Avec en plus un vocabulaire presque "badin" qui le décrédibilise d'entrée.

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Pourquoi ? Pour ne pas lire mes réponses ?

      Supprimer
  4. Je pense que tu n'as pas forcément bien compris ce que je voulais dire dans mon billet, restant dans une logique purement politique et politicienne.

    Des billets comme celui de ce matin, j'en ai écris quand Guéant, hortefeux ou AlliotMarie étaient ministres de l'intérieur.

    Il y a une situation à Marseille, chez moi, à Paris, où des petites racailles, qui sont pour moi davantage que ça, font des actes ignobles et insupportables. Qu'ils n'aillent finalement pas dépouiller les morts comme le dit Valls, c'est très bien. Il n'empêche que ça n'enlève rien au coté insupportable du caillassage de ces petits salopards.

    Après, libre à chacun de minimiser ou de banaliser ces actes. Et libre à chacun de politiser la chose, et de nous reparler de dix ans de droite. Maintenant, c'est tes amis qui sont au pouvoir. Et qui vont vite se faire dégager si comme dans les années 2000 ils minimisent et banalisent ces faits là.
    Mais la question n'est même pas politique : on la posait également sous Sarkozy. Et politiser ces actes là, c'est être à coté de la plaque.

    Je te réponds parce que tu me cites. Mais si tu veux politiser le truc et faire un combat droite gauche, je serai aussi courageux que Didier et je lâcherai l'affaire. Parce que le sujet n'est pas là. Et je ne pense même pas que Valls et Hollande sont dans cette logique là.
    Enfin, nous verrons demain ce que dira (ou non) Hollande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez facile de dire que ce sont les autres qui sont dans une logique politicienne. A un moment, il faut ouvrir les yeux. Vous êtes rentrés dans un délire qui vous permet de taper sur la gauche.

      Tu refuses d'en faire un débat dans ce sens mais pourtant tu es en plein dedans.

      Supprimer
    2. Nicolas, l'accusation que tu me fais est injuste et fausse. Je ne dirai pas malhonnête parce que je te respecte et t'aime bien.
      Je tenais exactement le même discours sous la droite. Et j'ai écris des billets bien plus durs.

      Maintenant, si faire une critique de la situation actuelle appelle un discours militant de la part des soutiens du gouvernement, les 4 prochaines années seront difficiles. Pour tout le monde.

      Je ne vais pas jouer au jeu de savoir qui de toi ou de moi est le plus "délirant". Je ne pense pas moins délirer que toi sur ce sujet là.
      Mais je te laisse le soin de me dire que je "délire"...

      Ca ne me donne pas plus envie de discuter que ça en tous cas. Si ne pas être d'accord avec toi, c'est "être en plein délire" ou "en plein jeu politicien", je vais te laisser le dernier mot (c'est ton blog après tout)

      Supprimer
    3. Quelle accusation ? Quel délire ? Il me semble que c'est toi qui fait des accusations. Moi je n'ai pas fait grand chose.

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !