mardi 30 juillet 2013

Le con du jour : le nonce (et un peu @corto74 !)

Quand cette andouille de Corto a tweeté un lien vers un billet de blog où un blogueur me tombait sur le poil, j'ai cru que c'était un jeune blogueur peu au courant des usages dans les blogs. Mais non ! Pas Corto, le taulier du blog. 

De toute manière, on ne tirera rien de Corto. Je suppose qu'il pensait me faire de la peine ou un truc comme ça.  Tiens ! Je vais faire un aparté : quand je fais un billet pour viser un blogueur, c'est uniquement pour m'occuper de la ligne politique de son blog, pas pour des aspects personnels, comme ce nouvel imbécile. Dans ton tweet, tu dis que je ne l'aime pas. C'est idiot. Je ne peux pas ne pas aimer quelqu'un que je ne connais pas. Je ne peux pas l'aimer non plus, d'ailleurs. Je m'en fous. 

Dans ce tweet, tu t'en prends encore une fois à moi et tu vas encore pleurer parce que je ne fais que m'en prendre à toi. Tu devrais changer de dose au médicament. 

Dans les commentaires du billet en question, tu te plains, d'ailleurs, que je ne fais que m'en prendre à toi. Et pour le prouver, tu mets un lien vers un de tes billets où tu te prends à moi. Essaie de rester zen. 

Nous sommes dans des blogs politiques. Dans le tien, tu as choisi de faire très peu de fond et de t'en prendre à la gauche. C'est de bonne guerre mais totalement inutile à part amuser tes lecteurs. Il n'empêche qu'il ne faut pas t'attendre à ce que nous restions sans bouger face à tes insultes et tes mensonges. 

Par contre, l'autre crétin que je ne connais pas s'en prend à moi en tant que personne, avec une menace physique. Tu es évidemment trop con pour saisir la différence.

Le con se plaint que je le traite de connard. J'ignorais qu'il y avait encore des types qui me connaissent qui soient encore surpris par mes réactions vu que ça va faire 6 ou 7 ans que je traite de connard ou de trou du cul les gens qui m'emmerdent. 

Toujours est-il que je n'ai jamais traité quelqu'un de connard sans raison. Tu penses bien, Corto, que ce débile qui s'en prend à moi raconte une version erronée de l'histoire dans son billet. D'ailleurs, il n'a pas les couilles de mettre un lien vers le billet où je l'aurais insulté pour que ses lecteurs puissent vérifier le contexte. Il n'a pas non plus les couilles de mettre sa vraie identité quand il blogue (ce qui est normal) mais il a les couilles de mettre mon nom dans le titre de son billet, de manière à ce qu'il soit facilement repéré par Google.

J'appelle ça une crevure. Et ceux qui font la promotion dans Twitter de ce genre de saloperies des raclures. 

Néanmoins, ce type qui a le courage de m'insulter et de faire des menaces physiques, n'hésite pas à me traiter de caguette, ce qui veut dire sans-couille, en gros, dans les commentaires. 

Cela a bien aidé à mon hilarité. 

Mais ce qui est à son origine, c'est que je croyais qu'il s'agissait d'un blogueur débutant... Alors qu'il a commencé plusieurs mois avant moi. Il n'a donc strictement rien appris. Il n'a aucun recul. Il vit toujours dans les réseaux sociaux comme s'il était dans son petit monde.  

Tu vois, Corto, dans le commentaire que tu lui laisse, tu te moques de mes affidés. Je te conseille de lire les commentaires de ton propre blogue. Tu n'as que des fans. Parfois avec les copains, on vient te titiller. C'est rigolo. Mais tu n'as que des fans qui se prosternent. 

Tu peux maintenant aller lire les commentaires, chez moi, à part ceux qui disent trois mots, la plupart des commentateurs sont des gens qui viennent discuter parce qu'ils ne sont pas d'accord avec moi. Mais, pas plus que le faux jeune imbécile, tu n'es capable de le voir. Ainsi, vous vivez dans votre monde. 

Il y a un autre type qui a commenté le billet (à l'heure où j'écris). Il est pareil. Relis bien ce qu'il a écrit. Dans son monde. Si vous ne sortez pas un peu prendre l'air, vous allez être complètement déconnectés, mes pauvres. 

Néanmoins, pour faire la conversation, il faut respecter certains rites. Le faux jeune trou du cul ne les connaissais pas et a été désagréable dès son premier commentaire et a répondu de travers à mon interrogation finale. 

Dans cette histoire de commission parlementaire suite à l'affaire Cahuzac, c'est bien la première fous qu'une opposition fait autant de bruit dans les médias pour une commission. 

Le type mériterait un coup de pied au cul pour la bonne raison qu'il n'y a aucune... raison que je supporte un connard hautain et prétentieux qui répond à côté par ce qu'il voulait démontrer que j'étais un menteur. 

Il n'a pas réussi à le faire dans un commentaire. Il essaie de le faire dans un billet ce qui est petit.

Il est comme toi, Corto, il s'adresse à ses fans, dont toi. Aucun ne va se poser des questions. C'est amusant pour vous mais vous avez l'impression de faire de la politique en pissant dans un violon. 

Dans ton commentaire, chez lui, tu dis que je vais lui adresser une volée de bois vert. Je n'ai aucune raison. Il ne m'intéresse pas. Toi, tu m'intéresses mais c'est parce que j'ai l'esprit scientifique. C'est pour ça que je réponds. 

Enfin, ce con se permet de critiquer mes qualités de rédacteur. Il peut. Mais quand on tient un blog depuis aussi longtemps, on apprend les règles de typographie. Je connais un imbécile qui met toujours un espace après une parenthèse ouvrante et avant une parenthèse fermante. Lui le jeune vieux il met des espaces après des apostrophes. C'est très laid. 

C'est ici que ça se passe :

http://lenonce.org/2013/07/30/nicolas-jegoun-une-vraie-tete-de-champion/

Vous pouvez troller. 




Envoyé de mon iPhone

9 commentaires:

  1. C'est qui lui? Le cousin germain de Corto?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Il est différent. En fait, ce qui m'étonne c'est qu'un tel blogueur aussi ancien, soit totalement inconnu. Au moins Corto essaye de promouvoir son blog.

      Supprimer
    2. Ouais étonnant, je ne connaissais pas ce débris non plus.

      Supprimer
  2. Tiens ! Pas de jaloux. Je vais aller me faire Gauche de Con Bas. Sur PMA.

    RépondreSupprimer
  3. On les dirait à l'age du "pipi-caca-boudin"

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !