mardi 2 avril 2013

Je ne suis pas un Ayrault, non plus...

L'heure est grave. J'ai interrompu ma séance de bistro pour écouter Jean-Marc Ayrault à la télé pour voir ce qu'il avait à dire de Jérôme Cahuzac. Bientôt vingt ans que je n'avais pas regardé un 20 heures. PPDA a bien vieilli.

Un bon point : l'indépendance de la justice. On a un gouvernement de gauche et la justice se met à fonctionner.

Des mauvais points : heu...

Prétendre que "vous" l'avez cru quand il prétendait ne pas avoir de compte n'est pas spécialement... crédible. Le comptoir pense que "tous pourris". L'intervention à la télé n'était pas utile.

Ou alors, il fallait y aller franchement, comme Gérard Filoche : montrer une saine colère.

Mais la demi-mesure...

4 commentaires:

  1. Sous la droite aussi l'indépendance de la justice marchait bien : Juppé a été condamnée sous Chirac.

    Si c'est le seul point positif à trouver ce soir, autant aller boire (je me suis sorti un verre de vodka).

    Plus sérieusement, j'ai trouvé l'intervention d'Ayrault pathétique, et au final contreproductive pour l'ensemble de la classe politique...
    (je suis inquiet ce soir)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord. Sauf que Juppé a sévi de fusible et que Sarko a tenté de blanchir les exilés fiscaux.

      Supprimer
  2. Ça va ajouter à la crédibilité de ce gouvernement ! Je ne m'en réjouis pas comme je l'ai déjà expliqué ailleurs.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !