samedi 30 mars 2013

Vive les blogowars !

Dans un billet du blog politique, cette après-midi, je répondais à un blogueur "plus à gauche que moi tu meurs" qui a sorti un long billet pour démontrer que les leftblogs (qu'il confond avec les blogueurs proches du gouvernement) étaient des cons (je résume). L'ami Romain B me demande en commentaire pourquoi je me fatigue à lui répondre.

Je vais donc répondre à Romain en 4 points (les trois premiers sont rapides).
1. Parce que j'aime ça.
2. Par sympathie pour les blogueurs de Gouvernement.
3. Parce que je n'avais aucune autre idée de billet.

Le quatrième...

Nous avons d'un côté les blogueurs réactionnaires qui se sentent pousser des ailes et préparent leur printemps français par analogie aux printemps arabes. Je n'en dirai pas plus : GdeC et El Camino le font très bien.

Nous avons de l'autre côté des braves gens de la gauche mais attention la vraie hein qui nous font des procès en fausse gauche, voire qui auraient tendance à vouloir nous museler. Ça me fatigue.

Au milieu de ça, j'aimerais bien tenir un débat relativement démocratique (si tant est qu'un débat puisse être démocratique) entre gens tolérants qui respectent les opinions des autres, gens tolérants, de droite, de gauche, des extrêmes, qui se font traiter d'intolérants... Tout cela est bien compliqué.

Il y a dix huit mois, il y a eu des primaires à gauche. François Hollande que certains d'entre nous soutenaient, dont moi, a gagné. Il y a dix ou onze mois, il y a eu une élection Présidentielle. François Hollande est arrivé en tête aux deux tours et a gagné l'élection. Le jeu de la démocratie en France (certes améliorable) fait que nous sommes considérés comme majoritaires...

Même si la popularité de Pépère (et donc celle de notre "courant") ressemble à Christine Boutin un jour de manif., il a une légitimité démocratique incontestable.

Il me parait intéressant de rappeler cette légitimité de temps en temps.

Il me parait aussi intéressant de rappeler aux gens qui nous insultent sans même s'en rendre compte qu'ils le font. Le type se plaint dans Twitter que je le traite de ventilateur à merde. Ça ne le dérange pourtant pas de consacrer 3 ou 4000 caractères pour démontrer que nous n'avons rien dans le crâne.

De même que ces braves gens qui me critiquent pour une insulte oublient la gravité de l'injure que nous avons reçu dans la tronche. A savoir que nous serions payés par le Gouvernement. Nous sommes donc des "escrocs intellectuels". Voilà ce que permettent les 140 caractères de Twitter.

Si on ne répond pas à ces andouilles, bientôt, on osera plus rien dire.

C'est grave.

Et en plus, il n'y a personne au bistro, ce soir.

10 commentaires:

  1. A propos de popularité de FH, je n'arrive toujours pas à comprendre une baisse pareille après seulement 9 mois de présidence, et surtout après cinq années de Sarkozy et dix ans de droite catastrophique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a moins baissé que Sarko pendant la même période.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Oui. Chirac aussi. Ils ont tous les trous perdus 25 points en dix mois. De mécroire Sarko 27, Chirac 26 (en 95) et Hollande 25. Mitterrand en 81 avait perdu 17.

      Mais Hollande part de moins loin.

      Supprimer
    2. Les français ne sont jamais content!

      Supprimer
  3. Tu as raison de rappeler la légitimité du président. Même si je n'ai pas voté pour lui et même si je n'ai jamais eu confiance en ses équipes et en son "changement", il est légitime.
    Comme l'était Nicolas Sarkozy au moment, par exemple, de cet abject "No Sarkozy Day" que voulait mettre en place certains hauts démocrates. J'attends d'ailleurs le "no Hollande Day", pour ressortir en gros les mêmes choses que j'avais sorti à ce moment là contre les détracteurs.

    Détracteurs (à la "vraie gauche")qui, soit dit en passant, n'ont jamais parvenu à faire plus de 11% à une élection, qu'elle soit présidentielle ou autre. Et qui n'ont des élus que par la gentillesse du Parti Socialiste de leur laisser des places.
    Si le Parti Socialiste est responsable et logique, il leur coupera l'oxygène aux prochaines élections locales. Sinon... Ben tant pis pour eux et pour le gouvernement.
    (sachant que je trouve les communistes très silencieux... J'aurais aimé, de leur part, un désaveu de la stratégie de Mélenchon et de ce PdG).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que les cocos sont un peu coinces.

      Supprimer
  4. De mémoire, il me semble que le "No Sarkozy Day" était un "No Sarkozy Day" médiatique. Le président, dont je n'ai jamais contesté la légitimité, était omniprésent dans les médias (un bon client il faut dire), et il n'était capable que de parler de lui. Et qu'avec des adhérents de l'UMP dans ses déplacements en province, avec les autres (mauvais ?) français maintenus au loin par les CRS.
    Aussi ce "No Sarkozy Day" n'était pas si abject que ça. Juste stupide je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le NSD était surtout une grosse connerie c

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !