jeudi 7 février 2013

Sans commentaire

Souvent, le soir, dans le métro, je prépare un billet de blog. Parfois, il est raté, pas fini,... J'arrive au bistro. Je discute avec les potes et j'oublie.

Hier soir, j'en avais commencé un. Je ne l'avais pas fini. Je m'en suis rappelé en lisant le billet de Guy ce matin. J'ai voulu le lui mettre en commentaire mais il n'était plus dans l'iPhone. J'avais fait le ménage dans mes notes.

En mangeant, ce midi, je vais pour préparer mon billet politique. J'ouvre l'iPhone. Le billet était revenu. Un bug dans iCloud (j'ai fait le ménage en étant déconnecté, iCloud a fait la synchronisation à l'envers).

Je le publie donc maintenant. Tel qu'il était hier soir.

Voilà :

Titre : où sont passé les commentateurs de blog ?

Dans le blog politique, je n'ai pas à me plaindre. Je suis même obligé de supprimer des commentaires pour maintenir la sérénité. Je suis devenu un spécialiste : je reçois le mail, le machin ne me plait pas, hop, dans les spams.

C'est dans mes autres blogs que ça chie. Et dans les blogs des copains, aussi, je trouve, même si ce n'est pas mon problème. J'aime bien papoter avec les gens.

Ah ! Ce n'est pas une critique, hein ! J'ai moi-même largement diminué le nombre de commentaires que je laisse ailleurs. Et je ne parle pas que des blogs politiques. Pour eux le débat est parti dans Twitter.

Et encore. Je parle de débats. Je devrais plutôt parler de grognements ridicules d'abrutis qui ont découverts avec Twitter qu'ils pouvaient donner leur avis sur tout et n'importe quoi, le tout en 140 caractères ce qui évite d'argumenter et de se fatiguer en nuances ou en formules de politesse.

Je parle des blogs non politiques. Les miens et ceux des copains. Je ne les commente plus et ils ne me commentent plus ; c'est mal. Je n'éprouve pas de frustration. Je sais qu'ils me lisent... ils commentent parfois et font des liens vers mes billets. Moi, je fais beaucoup moins de liens mais c'est parce que je fais une majeure partie des billets avec l'iPhone.

Pour aller plus loin, j'aurais tendance à dire, à propos de mon politique, que les commentateurs aimables de mon blog politique ont bien diminué. Pas les trolls... J'ai mon noyau dur de commentateurs. Apo, par exemple, commente à peu près tous mes billets. Je ne vais citer personne d'autre je pourrais en oublier. Ça serait mal.

10 commentaires:

  1. oui... Et les commentaires de blogs en 140 caractères sur Twitter, quelle plaie!

    RépondreSupprimer
  2. Les commentateurs de blogs n'ont plus le temps, c'est occupé par les dialogues sur les réseaux sociaux.

    RépondreSupprimer
  3. C'est marrant Twitter mais de temps en temps et pas pour commenter. J'aime bien commenter chez toi, chez d'autres, il y a parfois des captchas à la noix qui ne donnent pas envie de commenter.

    RépondreSupprimer
  4. Je te donne un indice : tout le monde n'ayant pas adhéré à 150% aux 60 (je ne sais plus si c'était des engagements ou des propositions), il y a des moments où certains restent un peu en retrait.
    C'est un baromètre quant à l'approbation ou non de la politique (intérieure ou extérieure) mise en oeuvre.
    Quand on n'approuve on va tempêter ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais je ne parle pas que des blogs politiques, c'est pareil ailleurs.

      Supprimer
  5. Je trouve comme toi que dans l'ensemble ça a beaucoup baissé ... mais comme par ailleurs le nombre de blogs a beaucoup augmenté, peut etre qu'il y a autant de comm mais sur plus de blogs différents ? .. enfin, j'me comprends ... et sinon, moi je viens de te laisse un comm sur ton blog geek pour xooloo :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être. Mais il y a un changement de comportement. Je lis tes deux blogs et je ne commente jamais. Il y a deux ou trois ans (mais on ne se connaissait pas), j'aurais tout commenter.

      Supprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !