mardi 4 septembre 2012

Sacrés annonceurs

Aujourd’hui (à l’heure où je prends des notes pour mon billet du soir), j’ai reçu cinq mails de braves gens qui me sollicitaient pour que je fasse un billet dans mon blog geek, en plus des deux ou trois spams habituels (sans compter les quatre spams détectés par Gmail, dont un, visiblement, pour une communication sur mon blog).

J’ai diffusé un des communiqués de presse parce que le type qui m’a envoyé était sympa, le service intéressant… et que je ne savais pas ce que j’allais pouvoir publier dans la journée (l’inspiration, hein, ça va ça vient).

Juste après, j’ai reçu un autre mail sympa mais je ne voulais pas le diffuser sur ce blog geek, préférant le blog bistro (qui a reçu un billet politique pour compenser, essayez de suivre…). J’ai envoyé un mail très poli à l’attachée de presse qui m’avait contactée pour lui demander des renseignements complémentaires parce que j’envisageais de faire un billet sur un autre blog que celui qu’elle me proposait.

Elle m’a répondu d’un laconique : « Il nous semble plus pertinent que ce sujet figure sur votre blog geek »…

Je suis resté poli. Je lui ai répondu posément que mon blog bistro est mieux classé que le blog geek, avait plus de visiteurs, que son application n’aurait pas trouvé sa place dans le blog geek mais que j’avais la matière pour en faire un vrai billet (sérieux) dans mon blog perso.

Elle ne m’a pas répondu.

Cela étant, on s’en fout. Tant pis pour son application qui aurait pu faire un tabac avec une bonne campagne dans les blogs familiaux…

Néanmoins, cela m’amène quelques réflexions.

Petit 1 : je suis très surpris par sa grossièreté. Elle aurait pu répondre par une phrase banale, de genre : « je vous remercie pour votre proposition mais votre blog geek a été sélectionné explicitement par notre client pour son exceptionnelle qualité rédactionnelle ». Même si c’est faux, je n’aurais pas pu refuser d’y diffuser son machin. Ca aurait été la moindre des choses qu’elle me réponse puisque je lui avais fait une proposition et que je ne demande aucune rémunération.

Petit 2 : ces boites de communication ont une mauvaise connaissance de la blogosphère geek. Il est facile de voir que mon blog n’a pas un trafic comparable à ceux des braves gens que je côtoie dans le classement. Des zozos leur ont communiqué des bases d’adresses mail sans même vérifier. Je suis curieux de savoir combien coûte une campagne de sollicitation de blogueur !

Petit 3 : encore une preuve que l’économie du web repose sur du vent.

Petit 4 : ils sont bien gentil de balancer des communiqués de presse à l’attention du taulier de Partageons l’Addiction mais ils pourraient me demander combien que je prends pour diffuser leurs trucs (rien à part des bières, d’ailleurs).

Petit 5 : je vais donc continuer à diffuser des informations selon la tête du client, c’est plus simple.

8 commentaires:

  1. Ils n'y connaissent rien et prennent le classement ebuzzing pour démarcher les blogueurs...

    RépondreSupprimer
  2. ouais, c'est des cons et des mauvais, et ils ne sont sûrement pas gros

    RépondreSupprimer
  3. J'ai trouve la parade. Je leur réponds que c'est très intéressant et que pour seulement 300 euros je fais un billet.
    Du coup j'en entends plus parler

    RépondreSupprimer
  4. C'est quoi ces gens qui arrivent à table, s'installent, foutent les pieds sous la table et bouffent le contenu de ton assiette sans même te dire bonjour (sans doute parce qu'il ne t'auront pas vu) ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !