mercredi 5 septembre 2012

Bien pensance ou pénétration

À cette heure-ci j'ai du mal à faire preuve d'une totale objectivité, voire à ne pas soigner ma réputation de type absolument abject mais il me semble que certaine manquent de recul.

Toujours est-il que j'ai du mal à penser qu'on puisse comparer le viol d'une femme par un homme que celui d'un homme par une femme.

Ça doit être mon côté féministe.

Ce tweet a été RT une vingtaine de fois. Ça laisse songeur.

12 commentaires:

  1. Le problème n'est pas homme ou femme mais qu'il s'agit d'une adulte qui cause aggravante est en position de superiorite. Ce tweet est tout a fait adapté a ma situation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire n'est pas en Français mais je vais y répondre : à force de voiloir l'égalité, "vous" militez pour n'importe quoi. C'est le terme "nauséabond" qui sent mauvais...

      Il laisse entendre que le préjudice commis par une femme et par un homme serait exactement le même. C'est nauséabond. Odieux.

      C'est aussi contraire à la vraie vie. On ne force pas un jeune garçon à avoir une érection. Il fait comme il veut (et en plus il est probable qu'il se soit vanté auprès de ses copains le lendemain). Ou comme il peut.

      Le reste est vrai : abus de position dominante.

      Mais la formulation du tweet est odieuse. Elle laisse entendre qu'on favoriserait les garçons dans la communication quand ils sont violés.

      À vomir.

      Supprimer
  2. Aujourd'hui on met le mot nauséabond partout

    RépondreSupprimer
  3. A 12 ans j'aurais aimé me taper une nana de 33 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu ce que je disais dans mon long commentaire plus haut !

      Cette égalitarisme forcené prôné par certaines féministes me gave. Une femme ne peut pas avoir le même rapport avec le sexe qu'un homme (sauf évidemment en cas de viol d'un homme par un autre...). Certaines différences sont bien réelles... Tiens ! Je parlais de femmes dans mon blog bistro : c'est un phénomène physique démontré qu'elles tiennent moins l'alcool que les hommes (une histoire d'hormones, de protéines mais aussi de carrure).

      Supprimer
  4. Salut,

    sauf qu'on peut comprendre le message différemment: La victime est appelée "jeune amant" parce que c'est un enfant. Si la victime avait été un homme on l'aurai appelé "victime". Rien de féministe la dessous. Twitter...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !