jeudi 23 février 2012

La France Forte ou la théorie de l'évolution ?

On apprend par les Echos (via El Camino) que "La France Forte" était également au coeur de la campagne de Valéry Giscard d'Estaing, en 1981, et de Lionel Jospin, en 2002.

Quand on voit l'évolution de la situation, on se demande si Nicolas Sarkozy ne va pas finir quatrième au premier tour !

Pour avoir un avis plus formel, je fais appel aux spécialisates de la théorie de l'évolution que sont Pierre, Jean-Jacques, Lolo, Homer, LG, Jean, Laurent, Thierry, Tambour Major, Catherine et Dominique, NicoCerise et Ferocias pour un débat au sommet de la blogosphère.

10 commentaires:

  1. Au second tour ? Ce serait un exploit !

    RépondreSupprimer
  2. L'enfant : Mam, tu as vu l'affiche? C'est gros comme une maison
    Mère : Qu'est-ce qui est gros comme une maison? Le Président, la mer ou le slogan?
    L'enfant : la France Forte... je dirais... qu'il lui manque quelque chose... pour qu'elle soit forte.
    Mère : Il lui manque quoi?
    L'enfant : le verbe être... j'aurais dit : la France EST forte pour faire plus fort.
    Mère : un sujet : le France... un attribut : la force... et comme le lien n'est pas évident... ils l'ont passé sous silence...
    L'enfant : ils se sont trompés ou ils ont fait exprès ?
    Mère : disons qu'ils se sont trompés en faisant exprès, si on dit la France forte, qu'on le veuille ou non, on sous-entend qu'elle n'y est pour rien. Comme quand on dit : la coupe pleine... ou la bouteille vide... c'est un constat d'huissier... un fait qui s'impose et non l'effet d'une quelconque volonté.
    L'enfant: ou peut-être qu'ils veulent nous faire rêver d'une France forte parce qu'ils savent qu'on sait qu'elle ne l'est pas... qu'elle ne l'est plus.
    Mère : dis-donc, tu fais des progrès... parce qu'il doit y avoir de ça... parce que ça résonne comme un songe et non comme une réalité... tu as raison.
    L'enfant : j'ai un copain qui a vu sa mère se donner la mort sous ses yeux
    Mère : elle s'est immolée par le feu...je le sais et je suis profondément choquée, retournée et ... scandalisée.
    L'enfant : la France est morte... morte... morte et je ne la verrai plus
    Mère : tu as lu Claudel ?
    L'enfant : oui... c'est beaucoup moins compliqué que Faudel
    Mère : c'est Claudel qui dit qu'on peut aussi mériter "l'injustice"... quand on est mal gouverné par exemple.
    L'enfant : ou quand on a mal voté.
    Mère : c'est parfait. Je n'ai plus rien à t'apprendre...
    L'enfant : si... tu vas m'apprendre à ne jamais abandonner
    Mère : j'aurais du mal... je peux tout au plus t'apprendre à désapprendre, à ne pas retenir ce que tu as appris et à renouveler sans arrêt ta vision des choses.
    L'enfant : mais parfois j'ai du mal...
    Mère : raison de plus pour se faire du bien
    L'enfant : en se demandant pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien ?
    Mère : s'il n'y a RIEN, faisons quelque chose pour ceux qui n'ont rien... c'est aussi ça le défi en politique
    L'enfant : ou alors la France faible ?
    Mère : par exemple. Parce que les forts c'est à dire les puissants ne sont jamais assez forts pour être toujours les maîtres... ni les faibles, trop faibles pour être toujours dans les chaînes...
    L'enfant : mais il y a des larbins même au sommet de l'État.
    Mère : et il y a des héros au plus bas niveau de l'échelle... ça veut tout dire
    L'enfant : non. Ça ne veut plus rien dire.
    Mère : ça veut dire que l'on peut toujours remonter la pente, reprendre la main et changer son destin.
    L'enfant : la France forte est faible. La France riche est pauvre.
    Mère: ce n'est pas bête... si demain tu affiches "la France faible", il y a des chances pour que tu récoltes plus de suffrages parce qu'il ne nous reste plus que le rire pour parler d'avenir.
    L'enfant: et qu'est-ce qu'on fait pour cette dame qui s'est jetée dans le feu
    Mère: chiche ! On en fait une affiche à la veille des élections... ça pourrait faire fléchir ou réfléchir
    L'enfant : qu'est-ce que je mets? La France est morte et c'est vous qui l'avez tuée ?
    Mère : ou : la France est morte et c'est à vous de la ressusciter
    L'enfant : ça fait un peu religieux...
    Mère: on coupe la poire en deux. La France est morte. Point barre!
    L'enfant : ou la France morte pour être moins bavard
    Mère: tu supprimes toi aussi le verbe être ?
    L'enfant L'être n'intéresse pas les gens.
    Mère : tu veux dire que c'est le paraître qui a toujours le dernier mot ?

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/02/la-france-est-forte/

    RépondreSupprimer
  3. Merde alors ! C'EST MOI qui fait des billets sur Darwin et la théorie de l'évolution en ce moment ! Et je ne suis pas lié ? Salaud de gauchiste !

    RépondreSupprimer
  4. L'évolution jouit du privilège de l'actualité permanente. Beaucoup d'erreurs cependant ont gêné la compréhension de la théorie de Darwin. Son nom, fondateur illustre mais peu lu, a été malheureusement associé à des doctrines qui lui étaient contemporaines (« darwinisme social », néo-malthusianisme, eugénisme, expansionnisme colonial, esclavagisme, racisme « scientifique »), mais qu'il a expressément combattues.

    RépondreSupprimer
  5. Hello, avec retard je te répond Nicolas avec plaisir, au second tour il y sera, quasi sur mais bon attention a sarko, le roi de la magouille, bon la je prend des risques mais c'est la réalité, du moins celle que je ressent; Bon dimanche à toi

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !