jeudi 20 janvier 2011

Le sondage primaire

Pourquoi faut-il que l’actualité politique soit si vide ? Il y a encore un sondage à propos du PS qui fait la une de certains sites d’actualité, dont mon préféré, par tradition. Déjà que ceux pour la présidentielle ne sont pas significatifs, ceux pour les primaires sont évidemment sans intérêt, d’autant qu’on ne connaît pas les candidats, les intentions de chacun, …

Cette fois, ils ont interrogé moins de 850 personnes. On peut parier que moins de 10% voteront alors qu’ils annoncent 33%. On ne sait pas sur quel échantillon portent les résultats : les 850 dont plus de 550 ne voteront pas ou sur les 300 qui déclarent voter. Dans aucun des cas on ne peut en tirer une conclusion…

Le journaliste avoue lui-même la faiblesse des résultats « qui ne [tiennent] pas compte des engagements de Mme Aubry et de DSK de ne pas se présenter l'un contre l'autre. »

Cela dit, c’est dommage, les résultats me plaisent assez…

Qu’en pensent Philippe, Yann, Le Coucou, Céline et Isabelle ?

15 commentaires:

  1. Tiens ? Je vais essayer ce site Voilà (je crois n'y avoir jamais mis les pieds)

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. On est un peu hors sujet mais comme le sujet est sans intérêt...

    Quand j'ai commencé à surfer, il y a 15 ans, je fréquentais beaucoup un site (actualinfo, de mémoire) qui a fermé au bout de quelques années, j'ai erré quelques années avant de trouver celui qui lui ressemblait le plus : voila.

    La "hiérarchisation" (ou le classement) de l'information me plait bien. Les dépêches sont "brutes de fonderies" (on n'a pas à se taper l'éditorial de machin...). Le site est rapide (ce qui n'est pas le cas de tous les sites d'information). Les informations sont grand public (donc je peux les reprendre pour mon blog, je ne cherche pas à mettre des informations réservées "à l'élite" - voir ce dont on parlait hier chez toi).

    En outre, ça donne une bonne vision de ce que l'équipe de rédaction pense qui va intéresser les lecteurs.

    RépondreSupprimer
  3. Primaires ou préliminaires, c'est à se demander.

    RépondreSupprimer
  4. Tant que ça ne finit pas en partouze !

    RépondreSupprimer
  5. Tous ces sondages sont d’abord et avant tout un business. Ils font les choux gras de tous les instituts de sondage.

    La méthode des quotas, souvent utilisée, est dépourvue de tout caractère scientifique. Sur l’échantillon de référence – et sélectionné on ne sait trop comment – les sondeurs passent leur temps à extrapoler péremptoirement.

    Nous sommes soit dans l’irrationnel complet soit dans la casuistique.

    Tout le monde sait que les sondages sont fondamentalement bidons. Mais s’il y a des sondages, c’est qu’il y a des personnes qui les commandent.

    Je peux comprendre qu’une entreprise, pour des raisons de marketing, puisse avoir recours à des sondages, par exemple dans le cadre d’une étude de marché ou dans le cadre d’une politique d’image ou de lancement d’un nouveau produit.

    En revanche, j’ai du mal à comprendre pourquoi la presse écrite et audiovisuelle s’entête à en commander.

    J’imagine que le fait de commenter un sondage permet à certains journalistes (je dis bien « certains ») d’éviter de se coltiner aux faits bruts de l’actualité, aux sujets qui mériteraient des enquêtes de fond. Avec un sondage, on a moins à faire. On se contente de recracher les enseignements du sondeur. Rares sont les journalistes qui prennent un sondage avec une distance critique.

    Et puis le sondage, c’est l’esprit clochemerle et « people ». Il permet de raviver les guéguerres dérisoires et de personnaliser à outrance le débat politique.

    Le sondage est cet aiguillon qui permet à une presse, déjà mal en point, de se donner encore une illusion de puissance alors que les citoyens, et singulièrement les internautes, vivent depuis longtemps loin d’elle.

    RépondreSupprimer
  6. Gabale,

    On peut tout dire sur les sondages, la presse et tout ça...

    Mais il y a quand même des gens qui achètent les journaux.

    Je n'ai pas mis par hasard l'illustration : 4 gros titres, lis les bien.

    Un fait divers tragique. Un truc de Foot. Le Sondage. Les artistes les plus payés.

    Rien "d'intéressant" (avec guillemets et italique !)...

    RépondreSupprimer
  7. Aubry devant DSK, c'est ça le truc? Il me semble avoir lu ça hier… Ben, je n'en pense rien, je voterai peut-être pour l'un ou l'autre, mais aucun d'eux n'a vraiment ma sympathie. D'ailleurs aucun candidat ne parle de ce qui est vraiment important : la démocratie. C'est à dire, comment on peut leur retirer le plus de pouvoir possible. Alors qu'ils crèvent tous.

    RépondreSupprimer
  8. Je suis d'accord avec toi Nicolas. Les sondages c'est une infime partie du problème. Il y a aussi plein de non événements qui font l'événement.

    La presse écrite doit vivre. Elle doit donc avoir des lecteurs et souvent elle s'oriente vers le futile ou le "sensationnel".

    RépondreSupprimer
  9. je me demande si je n'ai pas répondu avec mon billet sur Chassaigne et Mélenchon, mais je vais essayer de faire mieux encore...

    RépondreSupprimer
  10. Eh oui de la matière pas chère: un sondage fait à peu de personnes donc moins onéreux pour faire pisser de la copie quelques jours...

    RépondreSupprimer
  11. Tu parles du CSA/BFM de jeudi dernier, Nicolas ?
    Il est particulièrement croquignolet : Royal, 2ème au premier tour des primaires, n'est pas testée au 2ème tour !!!
    C'est le sondage les plus rigolo que j'aie vu jusqu'ici...
    Estelle92

    RépondreSupprimer
  12. C'est ce que je dis dans le billet...

    RépondreSupprimer
  13. Les sondages c'est du caca !

    [Je fais un résumé parce qu'il faut que j'aille me boire un café ! :-) ].

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires s'active automatiquement deux jours après la publication des billets (pour me permettre de tout suivre). N'hésitez pas à commenter pour autant !