lundi 27 juin 2016

Le site web de Mme Duflot

CA vient de sortir, c'est pour préparer sa candidature au cas où Nicolas Hulot ne se présente pas.

Je suis allé voir. Le texte est écrit en noir sur une magnifique photo. Il est illisible. C'est grotesque.

Ils sont trop nuls.

samedi 25 juin 2016

La conne parfaite de Twitter


Je vais pour lui répondre, gentiment, la routine, du genre : vous êtes mal baisee mais si je peux rendre service. Finalement, je décide de la bloquer et découvre qu'elle m'avait déjà bloqué. Alors qu'elle m'accuse de bloquer. 

Je vous une autre bière et vais me coucher. J'essaierai de comprendre demain 

vendredi 24 juin 2016

BFMTV prend les électeurs (britanniques) pour des cons


Le plus drôle est qu'ils ont changé leur titre mais que cela n'a pas été pris en compte par Google News. 

Le plus rigolo est que je risque de dire dimanche soir que les électeurs de Loire-Atlantique ne savent pas pour quoi ils ont voté. Mais je ne changerai pas le titre. 

vendredi 17 juin 2016

La bêtise de certains blogueurs est surprenante


Prenons Bembelly, par exemple. Il ne peut pas me blairer. Passe son temps à scruter mes billets pour me critiquer. Cela fait deux ou trois ans que cela dure. Par contre, il continue à garder un compte Twitter avec lequel il RT les leftblogs sont il a été viré, pour cause de bêtise incompatible, dont mon propre blog dont il assure systématiquement la promotion. 

Bem, tu me vires de ton truc, s'il te plaît, pour ta propre crédibilité ou alors tu préfixe ton tweet par : encore un billet de l'autre connard. 

Cela étant, tu peux aussi réfléchir à l'efficacité de ce compte Twitter. Ou à la solution pour ne pas être ridicule. 

jeudi 16 juin 2016

lundi 13 juin 2016

L'effarant Méluche

Je recopie ci-dessous une publication Facebook de Jean-Luc Mélenchon (désolé, avec mon iPhone, je ne peux pas faire de lien vers une publication FB).

Tout est fait pour exonérer l'islam. C'est à gerber. Il parle d'homophobie ordinaire, cette tafiole (smiley !), comme s'il s'avait ce que c'est que m'homophobie ordinaire. Celle de tous les jours, des propos entendus au bistro ou des sous-entendus faits au bureau. 

Çà me rappelle la fois où j'ai traité un collègue d'une dizaine d'années de plus que moi (ostensiblement gay) de vieille morue quand il me reprochait de ne jamais prendre de poisson à la cantine. Seul lui a compris que je le faisais avec affection, pour choquer les autres, à table avec nous. Et j'ai réussi et nous étions, lui et moi, pliés de rire, tant il a souffert dans sa carrière du rejet patati patata. 

Mélenchon théorise au sujet de l'homophobie pour ce mette bien avec les minorités concernées. Vous comprenez, braves gens, c'est mal de critiquer les minorités. Ah ! Il écrit bien, le gaillard ! 

Le problème est que dès le début, il met de côté le problème religieux. L'islam. Comme si c'était mal de dire que des extrémistes religieux avaient commis un crime au nom de la religion. 

Il y a quelques temps, on "jouait" avec le "padamalgame". Je n'ai jamais fait l'amalgame. 

Mais n'oublions pas que l'extrémisme musulman est la cause de ce massacre et pas l'homohobie ordinaire. 




La publication (trop longue mais on connaît le gars) :

J’ai d’abord attendu de savoir qui revendiquait les meurtres d’Orlando. J’étais préoccupé de l’attribution à Daech, après que le père de l’assassin a démenti l’initiative religieuse, tant j’ai d’angoisse que recommence une vague de haine des musulmans. Puis rentrant en moi, je m’aperçus du contre-sens que je faisais. Ce n’est pas l’assassin qui donne son sens au crime, ce sont les victimes. Ils ont été tués parce qu’ils étaient homosexuels. Peu importe alors que les meurtres de masse soient courant aux États-Unis et qu’il y ait eu davantage de morts de cette façon que dans toutes les guerres réunies au point que Obama en soit à son 18ème discours de condoléances à ce propos. Ils étaient homosexuels ou bien en compagnie d’homosexuels dans un lieu de fête qui ne dérangeait d’ailleurs personne. 

D’aucuns montrent souvent du doigt le communautarisme homosexuel. Il me semble que dans ce cas, l’assassin atteste plutôt d’une forme particulièrement aveuglée de communautarisme. Elle doit faire réfléchir tous les hétérosexuels. L’assassin croit qu’il n’y a qu’une façon d’être humain. Tout autre que la sienne lui parait être une telle aberration qu’il en est mis hors de lui, au sens littéral. Il tue. On se demande jusqu’à quel point il ne tue pas surtout une part de lui qu’il ne supporte pas. Le désir mimétique est une pulsion extrêmement violente comme en témoigne la moindre bagarre dans un bac à sable pour une pelle ou un seau. Ce meurtrier religieux a tout d’un pécheur empêché. La haine des autres est souvent une forme de guerre avec soi. 

Donc les homosexuels assassinés le sont ici comme par un paroxysme d’une pulsion haineuse qui est largement répandue, comme nous le savons tous par expérience. Et c’est elle qui doit nous faire réfléchir sur nous-mêmes et sur le regard qui va être porté sur cet abominable meurtre de masse. On examinera les silences, les euphémisations, les contournements des verbes et des adjectifs. Combien de ceux-ci vont nier la nature du meurtre et son extrême connivence avec d’amples plaques de préjugés qui sous-tendent bien des continents de bonnes manières. Ne les voyons-nous pas si souvent jaillir en irruption de machisme et d’homophobie ordinaire ? 

Décidément, peu m’importe le meurtrier. Je vois les victimes pantelantes et les regards qui se détournent du motif du carnage. Je vois la douleur des proches augmentée du motif du crime dans les précautions de langage de la compassion. Si l’on doit devenir meilleur dans les épreuves, que celle-ci nous fasse aide à admettre l’altérité. 

JLM

dimanche 12 juin 2016

Faute de @sarkofrance ?

Voila son dernier Tweet :

Par amitié (depuis près de 10 ans, je lis tout), je clique sur le lien. Je tombe sur son billet d'hier, sa fameuse semaine de Sarkofrance (10 ans...) illustrée par une photo de François Hollande. 

Qu'il fasse un amalgame ne me dérange pas trop, on est bien dans les Réseaux Sociaux pour raconter des conneries et rigoler. 

Mais comment peut-il faire référence à son billet pour la tuerie du jour ? Cela me dépasse.